Partagez vos passions
Rejoignez la communauté

  • Pierre Quader


    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 33)

      Pour l’avenir, il est inadmissible que Richard Lioger, avec un score aussi faible, de 13 657 voix, puisse décider de l’ensemble des conditions de vie (Code du Travail, niveau de vie, etc.) d’une circonscription de 73 323 électeurs.

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 32)

      La façon qu’ont les hommes politiques de répondre aux demandes des citoyens qui les ont élus peut être illustrée par l’exemple de Jean Paul Durieux, député socialiste de la 7° circonscription de Meurthe-et-Moselle de 1981à à 2002.

      Lorsqu’il reçoit un pétitionnaire dans le local de sa permanence, la méthode du député consiste à prendre note de la demande, puis de la transmettre à l’administration compétente, avec une belle carte, comportant une mention à destination de l’administration concernée. Ainsi, s’il s’agit d’une demande de logement, la carte comporte la mention suivante, adressée au directeur de la société d’HLM : « « Vous voudrez bien  faire le nécessaire pour loger la famille de M…. ». S’il s’agit d’une demande d’emploi, la carte est adressée à l’ANPE (ex Pôle Emploi), avec l’indication suivante : « Vous voudrez bien prendre en considération la demande de M. … ». Ainsi, le citoyen est persuadé que son député est à son écoute, et agit de façon efficace. Comme de bien entendu, l’administration concernée apparaît comme inefficace, car incapable de satisfaire la revendication. C’est donc l’administration qui apparaît comme fautive, et le député comme quelqu’un de sympathique, qui peut être réélu pendant de nombreux mandats !

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 31)

      Les périodes électorales ne sont que des moments très relatifs d’ « équilibre » entre les deux aspects de la contradiction principale qui traverse la société bourgeoisie, à savoir la classe bourgeoise et la classe ouvrière. Ce qui ne signifie pas qu’à ces moments aussi s’exerce, des deux côtés la violence ! Mais le caractère absolu de cette contradiction s’exerce dans la lutte, ouverte et clandestine du début à la fin, à savoir la lutte pour la survie économique des ouvriers dans les entreprises, et la lutte pour le pouvoir politique (maintien au pouvoir de la bourgeoisie ou destruction de l’Etat bourgeois et instauration d’un Etat socialiste).

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 30)

      La République En Marche : les habits neufs de l’ancienne bourgeoisie française !

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 29)

      Oui, décidément, dans cette lutte entre plusieurs fractions bourgeoises et petites-bourgeoises, l’intérêt bien compris des ouvriers est de ne pas participer à ce cirque électoral : la seule position juste est l’abstention révolutionnaire !

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 28)

      Aujourd’hui, le système de la « démocratie représentative » apparaît de plus en plus pour ce qu’il est : tout est fait de telle sorte que les élus sont issus du même sérail, la classe bourgeoise, et le peuple est exclu. En somme, périodiquement, tous les cinq années pour les élections présidentielles, ou toutes les six années pour les élections municipales, plusieurs fractions de la bourgeoisie (la « droite », la « gauche », l’  « extrême droite », etc.), se présentent au suffrage, afin de recueillir le plus de voix, et pendant la durée du mandat, représenter les intérêts de la bourgeoisie, soit pour la gestion du pays, soit pour la gestion d’une ville. C’est une façon pacifiée de régler les rapports de force entre les différentes fractions de la bourgeoisie, en faisant arbitrer leurs intérêts par le peuple.

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 27)

      Ainsi, qu’en est-il concernant la transparence et la démocratie participative ?

      Depuis le début du mandat, il s’est contenté d’imiter et de singer Jean Marie Rausch, tant en ce qui concerne les formes que le fond. Où est la rupture ?

      Les exemples ne manquent pas.

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 26)

      En conséquence, de l’équipe JMR, équipe alors en bout de course, essoufflée, à l’équipe de Dominique Gros, les choses ont empirées, concernant l’organigramme, vers un coût croissant et plus de bureaucratie. En quoi la population, et en particulier, les ouvriers, sont-ils associés aux politiques mises en œuvre ?

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 25)

      Au niveau local, comme Jean Luc Mélenchon au niveau national, ces agents jouent un rôle de voiture-balai de la social-démocratie : ce sont les pires ennemis de la classe ouvrière, car loin de donner une autonomie d’action à cette classe, ils contribuent à rattacher celle-ci aux fourgons de la bourgeoisie.

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 24)

      L’ « aide » apportée aux commerçants n’a pas été modifiée, avec le changement d’équipe. La nouvelle équipe de Dominique Gros continue d’attribuer chaque année diverses aides aux associations des commerçants de Metz. Comme le disent les agents de la Ville : « C’est pour permettre aux commerçants de continuer de mettre du carburant dans leurs véhicules 4X4 qui sillonnent les rues du centre.

       

       

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 23)

       

      Metz, une ville … gérée comment ? Dans l’intérêt de qui ?

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 22)

      • Les élus, au niveau local, se succèdent : la droite, puis la gauche, etc. Mais ils ne sont pas au service de la population, mais de leurs propres intérêts. Seule la prise des divers « châteaux » locaux par le peuple, et une gestion directe par le peuple, seront seuls à même de gérer les affaires locales au service du peuple.

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 21)

      La classe ouvrière ne doit avoir aucune confiance dans tous les pseudos représentants qui cherche à l’encadrer, que ce soit les représentants de la bourgeoisie, ou les syndicalistes « jaunes », et les divers révisionnistes. La classe ouvrière doit compter sur ses propres forces.

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 20)

      En 2017, la bourgeoisie a réussi une opération de nettoyage des représentants corrompus qui avaient le pouvoir depuis de nombreuses années, et qui ont fini par jeter le masque et apparaître comme de véritables voyous. Cela concerne d’ailleurs la position objective de la plus grande majorité des « élus », que ce soit les députés (européens et nationaux), les sénateurs, et les divers élus locaux. Voici ci-dessous quelques exemples vécus de cette corruption généralisée.

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 19)

      Afin d’annihiler la lutte des classes, la bourgeoisie met en avant les élections, afin de se donner une image de légitimité au candidat investi. Ensuite, l’illusion est de faire croire que les décisions se prennent « démocratiquement » au sein de l’assemblée parlementaire. Or, la vie réelle, du point de vue social et économique se passe en réalité en dehors des périodes électorales.

      Il est urgent que la classe ouvrière, ainsi que le peuple, reprennent confiance en leurs propres forces, et prenne ses responsabilités : préparer et réaliser la révolution prolétarienne. Il n’y a pas d’autre issue pour l’avenir.

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 18)

      En ce sens, tous les partis bourgeois, y compris La France Insoumise, et les petits partis petits-bourgeois et trotskystes, sont des « votards ». Bien évidemment, si les conditions s’y prêtent, la classe bourgeoise peut participer à des élections. Mais si les élections avaient permis de prendre véritablement le pouvoir, il y a longtemps que la bourgeoisie aurait supprimé les élections. A défaut de les supprimer, la bourgeoisie a défini les règles des divers suffrages, pour lui permettre de conserver tout le pouvoir et écarter le peuple de ce même pouvoir. Les « votards » sont tous ceux qui épousent le point de vue idéologique de la classe dominante, qui vise à emmener le prolétariat sur le terrain de la bourgeoisie, en le désarmant de toute velléité de mener la lutte des classes. Il s’agit de régler les conflits de toutes sortes par le seul recours à la voie électorale, que ce soit sur le plan politique ou au sein de l’entreprise. Il s’agit donc d’atomiser le peuple, en faisant de chaque personne un individu isolé, un « électeur », coupé de sa classe sociale, alors que le seul moyen d’action du prolétariat est le regroupement et l’organisation de masse.

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 17)

      Les « élus » et l’argent : Pour les représentants bourgeois, la politique n’a pas pour objectif de servir le peuple, et de protéger le bien commun, mais c’est un moyen, parmi d’autres, de faire fortune, y compris par la corruption.

       

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 16)

      « Une classe opprimée qui ne s’efforcerait pas d’apprendre à manier les armes, d’avoir des armes, cette classe opprimée ne mériterait que d’être traitée en esclave. » (Lénine Le programme militaire de la révolution prolétarienne).

    • a posté un article :

      Initiation : Jamais, l’initié ne pourra aller au-delà de son initiateur. (Partie 8)

      La franc-maçonnerie est un océan : les uns y puisent avec la main, d’autres avec un petit verre, ou un seau, et d’autres encore n’hésitent pas à s’y plonger. Et cela se voit ! En maçonnerie, seul compte le fond, pas le clinquant ! Peut-on se plaindre de l’océan du fait d’avoir comme seul outil une cuillère, même si c’est une cuillère à soupe ? Sois moins « radin », mon frère, prends un seau, mieux : plonge dans l’océan ! 

    • a posté un article :

      Initiation : Jamais, l’initié ne pourra aller au-delà de son initiateur. (Partie 7)

      A Emmanuel Macron déclarant : « … la vie d’un entrepreneur, elle est bien souvent plus dure que celle du salarié, faut jamais l’oublier, parce qu’il peut tout perdre, lui », fait écho Karl Marx, définissant le socialisme conservateur du bourgeois : « … le socialisme bourgeois tient tout entier dans cette affirmation que les bourgeois sont des bourgeois – dans l’intérêt de la classe ouvrière. »

    • a posté un article :

      Initiation : Jamais, l’initié ne pourra aller au-delà de son initiateur. (Partie 6)

      « * Je promets de refuser toute dictature, quelle qu’elle soit, et de m’y opposer.

      * Je promets de résister à tout asservissement de la personne, de la pensée, de l’esprit.

      * Je promets de répudier toute volonté de puissance, cause de guerre, de conquête, de domination, qui trouble la paix et prive les peuples de la liberté de disposer d’eux-mêmes.

      * Je promets de contribuer à la réparation des maux issus de tous les excès de pouvoir.

      * Je promets de régler mes actes selon l’Amour de la Vérité et l’Amour de l’Humanité.

       

      Fais ce que dois, advienne que pourra. » 

    • a posté un article :

      Initiation : Jamais, l’initié ne pourra aller au-delà de son initiateur. (Partie 5)

      « A M. le Maréchal Pétain, chef de l'Etat français

      Monsieur le Maréchal,

      Devant les malheurs de la patrie, tous les Français doivent consentir les plus grands sacrifices ; mais en est-il de plus douloureux que celui de détruire l'œuvre à laquelle on a donné le meilleur de sa pensée et de son cœur ? Si pénible que cela nous soit, nous croyons accomplir notre devoir présent en nous soumettant à la décision du gouvernement français concernant la Franc-maçonnerie du Grand Orient de France, tout en vous présentant, en raison des mensonges répandus sur cet Ordre philosophique, une déclaration aussi solennelle que respectueuse.

       Dans l'impossibilité absolue de réunir l'Assemblée ou le Conseil qui détiennent les pouvoirs statutaires en cette matière, mais nous appuyant sur la confiance qui nous a maintes fois été accordée et prenant l'entière responsabilité de notre charge, nous déclarons que le Grand Orient de France cesse son fonctionnement et que toutes les Loges qui en relèvent doivent immédiatement renoncer à poursuivre leurs travaux, si elles ne l'ont déjà fait.

       Sans doute, comme toutes les institutions humaines, la Franc-maçonnerie française a eu ses faiblesses, mais durant ses deux siècles d'existence, elle compte à son actif de belles pages d'histoire depuis les encyclopédistes jusqu'au maréchal Joffre, vainqueur de la Marne. Elle a brillé par sa grandeur morale, elle ne peut rougir ni de son idéal ni de ses principes. Elle succombe victime d'erreurs à son endroit et de mensonges, car dans son essence elle a le respect de la pensée libre, des convictions et des croyances sincères. Elle a toujours honoré le travail. Son but suprême est l'amélioration morale et matérielle des hommes dont elle voudrait poursuivre l'union par la fraternité. Elle a conscience, dans les événements douloureux que la France vient de traverser, de n'avoir failli ni à sa tradition, ni au devoir national. A de nombreuses reprises, elle a fait appel aux bons offices du président Roosevelt dans le but de maintenir la paix entre les peuples et c'est le cœur saignant qu'elle a vu se déchaîner l'effroyable conflit.

       

    • a posté un article :

      Initiation : Jamais, l’initié ne pourra aller au-delà de son initiateur. (Partie 4)

      Le profil des présidents est toujours le même : il s’agit une caste de cent frères, dont essentiellement des parisiens, médecins ou cadres supérieurs, énarques si possible. Les décision majeures sont prises dans un carré représentant 0,2 % des membres, soit un carré d’environ 100 membres, plutôt parisiens, en tout cas notables bien établis.

    • a posté un article :

      Initiation : Jamais, l’initié ne pourra aller au-delà de son initiateur. (Partie 3)

      Sans doute, le franc-maçon médecin peut-il aimer le genre humain, et donc y compris la femme de ménage, ou l’infirmière, ou la cliente de cabinet médical : mais le fait qu’il refuse obstinément, de manière implicite ou explicite, que cette femme de ménage, infirmière ou cliente, puisse un jour prétendre être initiée, dans sa propre loge maçonnique ou dans une autre loge maçonnique, jette un peu d’ombre sur cet amour universel ou fraternité universelle : pour le moins, il n’y a pas de traitement égalitaire, puisque aucun moyen n’est mis en œuvre pour que cette femme de ménage, infirmière, cliente puisse un jour être franc-maçonne, comme par exemple une application démocratique du quotient familial sur le montant de la cotisation

    • a posté un article :

      Initiation : Jamais, l’initié ne pourra aller au-delà de son initiateur. (Partie 2)

      Même la bonne santé n’est pas un critère d’une grande avancée sur le chemin initiatique. Comme l’indique Yogananda : « Un corps malade n’indique pas plus que le guru n’a pu atteindre le contact divin qu’une santé de fer n’est le signe de l’illuminisme. Un maître ne doit être cherché que dans son domaine propre : le spirituel ». (Autobiographie d’un yogi, page 213). 

    • a posté un article :

      Initiation : Jamais, l’initié ne pourra aller au-delà de son initiateur. (Partie 1)

      Celui qui vous donne l’initiation vous conduira jusqu’au point où lui-même est arrivé.

      Qu’est-ce qu’un « bon » initiateur ? Celui qui transforme chez l’initié, sa conscience individuelle en conscience universelle. Celui qui remplace à terme l’ego en « Je suis ». Ceci au terme d’une alchimie spirituelle qui peut durer de longues années.

      Et qu’est-ce qu’un « mauvais » initiateur ? C’est un falsificateur, un menteur et un « souffleur »

      Qu’en est-il de la franc-maçonnerie ?

      Le double aspect de la franc-maçonnerie, et du Grand Orient de France en particulier :

      n      Un aspect progressiste, universaliste : rappel de la philosophie des Lumières du XVIII° siècle, la Commune de Paris de 1871, … « Liberté, Egalité, Fraternité » ;

      n      Un aspect conservateur et réactionnaire : la « Tradition », « ami des riches et des pauvres » ; les « versaillais », la république bourgeoise, la cotisation ; la nature sociologique de la majorité des adhérents.

      Cet aspect contradictoire n’est que transitoire. Ce qui l’emporte, c’est en fin de compte le second aspect.

       

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 15)

      C’est pourquoi la révolution prolétarienne va devenir très vite une évidence et une nécessité : c’est à dire un événement qui se produit inévitablement, qu’on le veuille ou non, qu’on veuille l’empêcher ou le favoriser : il n’y a pas de choix, et les mesures que va prendre le gouvernement Macron Philippe vont indubitablement accélérer ce processus. « Ce qui est destiné à ne pas se passer ne se passera pas. Ce qui est destiné à se passer se passera, quoi que vous fassiez pour l’arrêter. C’est certain. De ce fait, le mieux est de rester en silence ». (RM)

       

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 14)

      Le peuple désigne ses propres représentants au feu de la lutte des classes, comme l’indique Georges Dimitrov dans ses Lettres, notes et documents datant de ma détention et du procès de Leipzig (1936) : « Le vrai révolutionnaire, le vrai chef prolétarien se forme au feu de la lutte de classe et en s’assimilant la doctrine du marxisme-léninisme. Il ne suffit pas d’avoir un tempérament de révolutionnaire, il faut aussi savoir manier l’arme de la théorie révolutionnaire. Il ne suffit pas de connaître la théorie, on doit se forger un caractère solide, avec une inflexibilité de bolchevik. Il ne suffit pas de savoir ce qu’il faut faire, il faut aussi avoir le courage de l’accomplir. Il faut être toujours prêt à faire, à tout prix, tout ce qui peut vraiment servir la classe ouvrière. Il faut être capable de subordonner toute sa vie privée aux intérêts du prolétariat. ».

      Cela veut donc bien dire que ce rejet des élections bourgeoises n’est pas un rejet de la politique en général ; mais bien plutôt que le peuple et le prolétariat se préparent à faire de la politique différemment.

      Pour exprimer ses intérêts, la classe ouvrière n’a pas recours en priorité aux élections, mais à la lutte des classe telle qu’elle s’exprime dans les entreprises et dans les quartiers : grèves, guérilla urbaine,… Les élections peuvent être utiles lorsque le prolétariat a son autonomie. Comme l’a indiqué Lénine, elles seront un million de fois plus démocratique dans un régime socialiste dirigé par un Etat socialiste.

      La nomination du gouvernement Macron Philippe le mercredi 17 mai 2017 devient compréhensible si on se place du point de vue de la lutte des classes : la bourgeoisie met bas le masque et jette aux ordures la division électoraliste traditionnelle entre la fraction bourgeoise de « gauche » et la fraction bourgeoise de « droite » pour faire son unité de classe ; le gouvernement réunit toutes les fractions de la bourgeoisie et représente directement un démembrement du MEDEF et des grands monopoles. C’est devenu un instrument de guerre contre le peuple, dans les divers domaines (économie, enseignement, culture, etc.). C’est ce qu’exprime le patron du MEDEF qui « est aux anges » !A défaut d’une acceptation de cette « carotte » libérale, la classe bourgeoise garde en réserve le « bâton » qu’est la solution du fascisme, représentée par le Front National réorganisé. La modernisation du capitalisme va se faire à marche forcée en pressurant encore davantage le peuple.

      C’est pourquoi la révolution prolétarienne va devenir très vite une évidence et une nécessité : c’est à dire un événement qui se produit inévitablement, qu’on le veuille ou non, qu’on veuille l’empêcher ou le favoriser : il n’y a pas de choix, et les mesures que va prendre le gouvernement Macron Philippe va indubitablement accélérer ce processus.

       

       

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 13)

      La contradiction principale à laquelle va se heurter la présidence d’Emmanuel Macron est celle-ci : A la fois, et c’est l’aspect principal, moderniser le capitalisme français, à marche forcée, en l’insérant totalement dans la « mondialisation, autre nom de l’impérialisme mondial, tout en assurant la paix sociale, aspect secondaire. C’est une contradiction qui est devenue insoluble dans le cadre de l’ancien système capitaliste, car cela signifie, de façon très concrète, à la fois augmenter le rendement du capital, préserver les intérêts de la haute bourgeoisie, en faisant en sorte que les riches soient de plus en plus riches, et d’autre part, réaliser cela en pressurant et en exploitant davantage le peuple, c’est-à-dire augmenter le nombre de pauvres et accroître encore leur nombre. En effet, la cohésion sociale implique, après plus de quarante années « piteuses » (augmentation du chômage de masse, précarisation, appauvrissement, etc.) une lutte énergique pour diminuer le chômage et améliorer le niveau de vie de l’ensemble de la société. Équation donc impossible : on peut donc être certains que vont se développer les illusions diverse, à coup de communication tonitruante, avec la complicité des médias. L’une des principales illusions dont doit se libérer le peuple, c’est celle des élections à tout prix : votez pour les meilleurs représentants de la bourgeoisie, ensuite, rentrez chez vous, ces représentants, une fois élus, s’occupent de tout !

    • a posté un article :

      Les luttes de classes en France et les élections présidentielles et législatives de 2017. (Partie 12)

      Pour toutes ces raisons, l’attitude juste est de ne pas participer au scrutin des élections présidentielles, mais de préparer l’autonomie ouvrière pour des lendemains révolutionnaires ! Vive la grève des urnes !

    Plus...

    Blogs de Pierre Quader

    Blogs favoris

    Pierre Quader n'a pas encore de blogs favoris

    Suit 0 membres

    Pierre Quader ne suit pas de membre

    Suivi par 0 membres

    Pierre Quader n'est suivi par aucun membre