Partagez vos passions
Rejoignez la communauté

  • Pierre Quader


    • a posté un article :

      apocalypse vingt-et-un (Partie 2)

      voici venue la fin du cycle commencé en mille sept cent quatre vingt neuf  

      la bourgeoisie a fait son œuvre et a rempli pleinement son rôle historique  

      elle a construit une société avec des monopoles gigantesques et monstrueux tout en accaparant égoïstement la plupart des richesses économiques

       

    • a posté un article :

      apocalypse vingt-et-un (Partie 1)

      au commencement de la soirée du quinze août deux mille seize vers dix-neuf heures

      je me suis assoupi aux pieds d’un chêne et je fais un songe

      je suis près d’une montagne

      voila qu’apparaît un être de lumière d’une taille immense vêtu d’une robe blanche

       

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 32)

      Il en est de nouveau de même aujourd'hui, concernant le bourgeois et les membres du Peuple. Il convient d'abord, par une révolution populaire et prolétarienne, de libérer le bourgeois et les membres du Peuple de leurs conditions sociales passées, qui relèvent du système capitaliste, et de la propriété bourgeoise des moyens de production. Le bourgeois a instauré un séparatisme par l'argent. Ensuite seulement peuvent être insaturés la liberté et l'égalité réelles, tant des conditions de vie que des conditions politiques (un homme (ou une femme) / une voix). En instaurant la propriété socialiste (la société dans son ensemble, propriétaire notamment de la terre et des moyens de production), la liberté et l'égalité de tous rend alors possible la fraternité non plus formelle, en paroles, mais en réalité et dans les faits,  entre tous.

      La classe aristocratique, dont Louis XVI et Marie-Antoinette, voulaient conserver à n'importe quel prix (trahison, violence contre-révolutionnaire, émigration, etc.) tous les privilèges antérieurs et refusaient de remettre en cause leur situation sociale : cette classe sociale était donc un obstacle au progrès de l'humanité dans son ensemble. Il en est de même, dans la forme, aujourd'hui : la classe bourgeoise veut maintenir à n'importe quel prix, tous ses privilèges, y compris par la force la plus brutale (fascisme, guerres impérialistes injustes, forces de la police et de l'armée,etc.). Ce faisant, la classe bourgeoise devient un obstacle sur la progression de l'humanité dans son ensemble. Étant donné les conditions nouvelles de la production sociale, elle est même un danger pour la nature, et non seulement la société (écocide, disparitions d'espèces végétales et animales,...). Sa remise en cause devient donc d'une urgence extrême.

      « Liberté, égalité, fraternité » ou la mort !

      Vive la Révolution socialiste !

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 31)

      De manière imagée et simplifiée, qu'est-ce que le capitalisme, et qu'est-ce que le socialisme ? Imaginons une île , sur laquelle vit un Peuple. Ces habitants travaillent un jour, pour subvenir à leurs besoins. Le reste du temps est disponible (6 jours donc), pour le plaisir, les arts etc. Arrive un bateau, qui débarque quelques bourgeois. Arrive la bourgeoisie. Par la force et la ruse, elle fait travailler 6 jours, les habitants de cette île. . Le salaire : 1 Jour. Les profits : 5 jours . Taux d'exploitation : 5/6, soit 83 %. En somme, ils font croire à ces habitants (par la religion, l'idéologie,...) qu'il est nécessaire de travailler 6 jours pour avoir le droit de vivre décemment, et encaissent à leur profit 5 jours. C'est la dictature de la bourgeoisie (préservée par sa police et son armée . Un jour, les habitants se rebellent et prennent tous les pouvoirs : c'est le socialisme. Ils instaurent la dictature de la majorité, sur la minorité. Ils font en sorte que les bourgeois deviennent des salariés comme eux, diminuent le temps de travail pour tous (par exemple 4 jours au total), 2 jours pour leur salaire, et la plus-value (2 jours ) pour couvrir les charges des bien communs. Voilà pourquoi il est important d'unir le Peuple , de lui donner conscience de son état, et de l’inciter à détruire la domination bourgeoise (révolution prolétarienne).

       

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 30)

      Pour les marxistes, le socialisme est une science, la science de l’Histoire. Voilà près de deux siècles que les marxistes ont présenté le programme de la classe ouvrière. Bien évidemment, ce programme est enrichi par deux siècles de luttes en France et dans le monde.

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 29)

      De même pour les syndicalistes : aujourd'hui, les syndicats dits représentatifs sont tout à fait intégrés dans l'appareil d’État bourgeois. Il y a de nombreux cadres des syndicats , y compris de la CGT, qui pratiquent la collaboration de classe, sans compter la direction de la CFDT, etc. A distinguer donc des militants qui mènent la lutte économique.

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 28)

      Donc, si certains « gilets jaunes » luttent pour la « révolution », contre le « capitalisme », il s'agit d'une lutte pour la « révolution nationale » au sens de Pétain-Laval hier et du rassemblement national aujourd'hui, contre le capitalisme « juif », celui de Rothschild par exemple, cosmopolite, pas contre le capitalisme « français »,, celui de Bolloré et du CAC 40, qui exploite les néo-colonies françaises, en Afrique notamment...

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 27)

      Les atermoiements de la petite bourgeoisie, en matière de démocratie, s'expliquent par la nature de celle-ci. Le petit-bourgeois se retrouve socialement, entre le capitaliste d'une part, et l'ouvrier et le petit employé d'autre part. Il participe des deux aspects : à la fois, il peut être propriétaire (terres, commerces, etc.) et d'autre part il doit utiliser sa force de travail pour survivre et répondre à ses besoins. Mais de plus en plus, avec le développement du capitalisme et de la mondialisation, il est dépossédé de ses moyens de production (les machines et les outils pour l'artisan, etc.) et la paupérisation généralisée le rejette dans la classe ouvrière. C'est le cas de nombreux membres de la classe dite moyenne, qui deviennent des « gilets jaunes ». Mais , pendant un certain temps, ces personnes appauvries, écrasées d'impôts, conservent les illusions : il serait possible de faire machine arrière, de retrouver un capitalisme flamboyant, comme lors des « Trente Glorieuses ». En somme il suffirait de « guérir » le capitalisme, en mettant un terme à ses excès, à sa barbarie, pour permettre une meilleure répartition des richesses. Il serait possible d'humaniser le capitalisme, en condamnant les patrons dits « voyous ». Ce sont les illusions que partagent les militants de La France Insoumise : le passage à une 6 ° république, qui mettrait un terme aux aspects aberrants de la 5 ° république, serait suffisant : il suffirait donc de faire la révolution « dans les urnes », en portant au pouvoir une bourgeoisie assagie, « humaniste »...

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 26)

      Bien évidemment, la souveraineté émane du peuple, mais elle lui est aussi vite volée pour l'attribuer à l'élite de la classe dominant, la bourgeoisie, qui exerce le pouvoir à son seul profit (exemple : la retraite Macron). Bien évidemment, la bourgeoisie met en place partout (entreprise, cité, etc.) des comités de cogestion, le management participatif, la démocratie participative . Mais à qui appartient le pouvoir ultime de trancher, y compris en matière d'écologie ? A ceux qui détiennent le pouvoir (qui se manifeste par l'argent) : les grands monopoles. Dans les faits, la démocratie bourgeoise est donc bien, d'un point de vue de lutte des classes, la dictature (domination politique, économique, culturelle, écologique ?...) d'une minorité de la société sur la majorité. La démocratie populaire est , a contrario, la dictature (la domination) d'une majorité (99 %) sur la minorité bourgeoise, et surtout la grande bourgeoisie (ultra riches, CAC 40,...) , qui, on est d 'accord, ne se laissera pas faire, et la plus grande démocratie pour le peuple (modalités à définir au cours de la lutte , mais les modalités, au niveau local, de la commune, sont connues : écoute et proximité, etc.). L’adage « Un homme (ou une femme)/une voix » est aujourd’hui une illusion, et le système ne permettra jamais que la voix d’un capitaliste monopoliste et celle de son ouvrier aient la même valeur (que ce soit dans le cadre d’un RIC , ou autre), de même un paraige messin (bourgeois messin) ne voudra jamais qu’un électeur lambda ait la même voix au chapitre  pour gérer Metz.  Si l'adage « un homme/une voix » est une chimère aujourd'hui, cela peut devenir une réalité demain, si nous nous débarrassons de tous les capitalistes monopolistes et de leurs représentants politiques. Cela ne veut pas dire les réduire à néant, mais plus simplement, les renvoyer à l'usine, ou au bureau, afin qu'ils gagnent leur vie comme tout un chacun, et se rendent enfin utile à la société, au lieu d'être des parasites. Il est certain que cela ne se ferra pas facilement et qu'ils opposeront une résistance acharnée pour ne pas perdre leur coffre-fort ! Il n'y a qu'à considérer la violence policière exercée contre les manifestants pacifistes , pour démonter que la peur des possédants peut conduire aux pires extrémités (fascisme, camps de concentration, etc.) . Comme l'a déclaré avec justesse feu Coluche, si les élections servaient à quelque chose, il y a longtemps que (la bourgeoisie, les dominants), les aurait supprimée (pour instaurer le fascisme?) . Si nous prenons une parcelle de pouvoir dans une commune, le but est de faire , autant que cela se peut, exercer le pouvoir par le Peuple, en partant des besoins du Peuple, pour retourner au Peuple, dans l'intérêt du seul Peuple (dont les plus urgents sont le travail et la défense de la biodiversité, de Gaïa). « Démocratie », sans préciser cela est abstrait, et ne veut rien dire, mais peut laisser entendre que l'on partage les « valeurs démocratiques » de la bourgeoisie.

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 25)

      Mais à long terme, ce n'est pas la lutte des femmes en général, mais la lutte des femmes travailleuses, contre les femmes et les hommes de la classe bourgeoise qui est d’actualité.

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 24)

      N'ayant pas une conception claire et rationnelle des classes et de la lutte des classes, la petite bourgeoisie a tendance à suivre toute lutte qui se présente à elle, considérant que « tout ce qui bouge est rouge » : cependant, dans une société de classe, on ne peut considérer toute chose « en général », ou de façon « pure », mais toute lutte a un contenu de classe. Soit une lutte va dans le sens de la révolution et du socialisme, soit une lutte est contre-révolutionnaire et va dans le sens du maintien et du renforcement de l'emprise de la Bourgeoisie.

    • a posté un article :

      [Sans titre]

      Dominique Gros a été maire "socialiste" de Metz de 2008 à 2020: C'est l'heure du bilan, et on peut s'interroger sur ce qu'a apporté Dominique Gros au cours de douze années à la direction de la ville de Metz et aux messins. D'abord, rien à voir entre le Dominique Gros, rédacteur en chef du « Chardon » et chef de file de l'opposition à Jean Marie Rausch, allant à la pèche aux voies et Dominique Gros une fois élu (avec moins de 50 % des voix, grâce à la division de la droite). Il suffit de se rappeler de ses discours enflammés (cela n'a duré qu'une année après son élection en 2008, après être monté sur l'escabeau) : par exemple outré par le taux d'abstention, il avait promis qu'avec lui à la mairie, cela allait changer : il allait ramener les électeurs vers les urnes et combattre l'abstention (en moyenne, un électeur sur deux ). Depuis, comme beaucoup d'autres promesses, celle-ci a été jetée aux orties ( aux Chardons). Des militants du PCF sur la liste Xavier Bouvet ? On sait depuis longtemps, les intéressés en ayant eux-mêmes fait l'aveu, ils sont restés au PCF, par habitude, parce que trop vieux pour changer de crèmerie, et faire un autre choix. En réalité, leur choix, c'est d'aller à la gamelle, et de profiter de tous les mandats possibles qui ont du rendement (mairie, conseil économique, social et environnemental, etc.).

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 22)

      Selon Montesquieu et Rousseau, la "démocratie représentative", ce n'est pas de la démocratie, mais une façon habile de dégager le peuple de toute présence dans les sphères dirigeantes, pour donner tout le pouvoir à l'élite, tout en faisant croire au peuple que c'est lui-même qui les a mis en place.

      La rue, grâce aux gilets jaunes, est devenue une université, où le Peuple s'affranchit tous les jours un peu plus et apprend à connaître la réalité de l'hypocrisie de ceux qui nous dominent!

       

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 21)

       

      Le Président Macron fait le spectacle devant 600 maires : cela est désolant à un double titre : D’abord Macron fait le travail des sous-préfets d’arrondissement, en collectant les « doléances » des maires, ce qui semble lui manquer beaucoup. En effet, président tout à fait inexpérimenté, c’est avant de prendre la direction du pays que Macron aurait du satisfaire à ce genre d’exercice. Ensuite, on comprend pourquoi, avec de tels pseudo-« représentants », les maires ruraux, pourquoi les zones rurales sont désertifiés, et continueront à le faire, pourquoi les « invisibles » sont de plus en plus pauvres et de moins en moins représentés en fait. Il ne faut compter que sur soi, et sur la lutte déterminée des gilets jaunes, pour inverser le cours des événements. En tout cas le grand débat a une vertu cardinale : faire entrer dans le mouvement révolutionnaire les membres le plus timorés de la « classe moyenne » !

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 20)

      Peu à peu, grâce au Travail du Peuple, organisé il est vrai dans un cadre capitaliste, l’infrastructure s’est encore considérablement développée, offrant à partir du milieu du XX° siècle, lors des années dites des « Trente Glorieuses » (1945-1975), une assise qui rend de plus en plus indispensable la fin de l’anarchie et de l’individualisme bourgeois, pour instaurer une société socialiste, libre, plus égalitaire, démocratique, mieux organisée, fraternelle, enfin. La taupe communiste n’a cessé de continuer de creuser son territoire, sous les pieds de la bourgeoisie, jusqu’à ébranler tout le système ancien, afin que lui soit substitué un système nouveau.

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 19)

      Le mouvement actuel ne peut aller qu'en s'approfondissant, en allant jusqu'à son terme, car il est indépendant de la volonté humaine: c'est comme l'eau qui chauffe: à un moment, elle bout, passe à 100 degrés, puis se transforme en vapeur d'eau. Il en est de même du mouvement: il ira à son terme, engageant d'autres couches de la population. On peut le ralentir: mais le feu continue de couver sous la cendre, pour mieux démarrer ensuite. Comme on dit: l'arbre (la classe dirigeante) demande la paix, mais le vent (réaction contre les injustices et les inégalités) continue de souffler dans les branches.

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 18)

      Pour le Peuple, ne rien faire, faire trop peu, ou mal faire, ne peut que conduire à la barbarie, celle que la France a déjà expérimentée de 1940 à 1945, avec le fascisme et le régime de Vichy, mais cette fois décuplée par la rage de la bourgeoisie, aux abois, et qui se sait condamnée à terme par l’Histoire.

      Tous les partis politiques classiques ont déjà été largement secoués, en 2017, par la remise en cause de leur légitimité. Tous ces partis ne sont plus à l’ordre du jour : ils sont dépassés par l’accélération de l’Histoire. Tous ces partis devront se démettre, ou se soumettre aux initiatives populaires.

      La République En Marche n’est qu’un épiphénomène, comme en connaissent toutes les périodes prérévolutionnaires ; ce n’est qu’un conglomérat de « bonnes volontés », qui offrent un « kit de survie » à la bourgeoisie, en pressurant encore davantage le Peuple.

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 17)

      Et voilà la mise en route des classes laborieuses, des « chiffons rouges ». Le mouvement actuel peut ressembler à la révolution de 1905 en Russie (avec toutes les provocations, notamment policières, de la classe dirigeante, toujours prête à créer le « chaos », la « chienlit », pour ensuite récolter les fruits et instaurer une dictature ouverte fasciste). Suivent donc les révolutions de 1917, dont la révolution prolétarienne, qui donne tout le pouvoir au Peuple. Entre les deux dates, il est nécessaire de créer un Parti Communiste de France, avant-garde capable de diriger le peuple vers son objectif historique : Ce Parti Communiste de France peut résulter de l’initiative des meilleurs éléments des « chiffons rouges », qui ont la volonté de pérenniser à la fois :

      • la solidarité au sein de cellules communistes ;

      • la lutte contre l’État bourgeois, afin de préparer les meilleures conditions du renversement définitif de l’État bourgeois, afin de construire le socialisme.

      Ce serait là un résultat du meilleur effet, et non négligeable, du mouvement qui a commencé le 17 novembre 2018.

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 16)

      Les journalistes, pour ceux qui constituent l’élite de ceux-ci, sont les chiens de garde de la bourgeoisie : riches bourgeois, bien rémunérés, ils sont incapables de comprendre le ressenti du Peuple, et notamment des plus pauvres, des gilets jaunes et des chiffons rouges. Ceci explique, depuis le début, leur incompréhension quant au mouvement actuel. Incapables de comprendre ce qu’est la « fin d’un mois » pour un pauvre, ils ne perçoivent pas non plus ce qu’est la « fin d’un monde », celui de la bourgeoisie. Ceci également en raison des habitudes de pensée du passé. Pendant des dizaines d’années, la classe bourgeoise (dont les journalistes à sa solde) a considéré la France, y compris les habitants, les Français des autres catégories sociales, comme sa « propriété », dont elle a la « mission » de gérer tous les intérêts, parce qu’elle se considère comme seule capable d’exercer tous les pouvoirs(d’où l’accaparement à son profit de tous les moyens de production, ainsi que les institutions politiques et les divers moyens de communication, presse, TV, etc.). Elle n’imagine donc pas un mouvement du Peuple pour se libérer et prendre lui-même ses affaires en charge, en se débarrassant de la bourgeoisie, les anciens « maîtres » : ceux-ci deviennent alors des citoyens comme les autres.

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 15)

      Au XVIII° siècle, de nombreux membres du Tiers État soutenaient l’Ancien Régime, pour de nombreuses raisons, comme les domestiques des nobles (perruquiers, mis au chômage, par la révolution, etc.). « L’Ancien Régime est le meilleur des régimes » affirment-ils. Qui a raison, les révolutionnaires bourgeois et autres, qui instaurent le régime capitaliste, ou les retardataires, qui veulent, parfois contre leurs propres intérêts objectifs, le maintien du régime des privilèges ?

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 14)

      A l’époque de l’esclavagisme romain, de nombreux esclaves servaient de diverses façons l’Empire (gardiens des esclaves, militaires, commerçants, etc.) car ils y trouvaient leurs avantages : « L’esclavagisme, c’est bien » disent-ils. Mais qui a raison, ces collaborateurs des esclavagistes ou Spartacus et ses alliés, qui combattent pour l’abolition de l’esclavagisme ? De même l’esclavagisme africain : l’Histoire est émaillée d’africains collaborant à l’esclavagisme (chasseurs d’esclaves en Afrique, traîtres aux USA, etc.). « Être esclave, cela n’a que des avantages », disent-ils. Mais qui a raison, Toussaint Louverture et ses alliés, ou les esclaves trahissant leurs frères ?

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 13)

      Dans un premier temps, la révolution rendra au peuple toutes les richesses qu’il a contribué à créer : usines, bureaux, moyens de production de toutes sortes, routes, canaux, etc. C‘est au Peuple, et au Peuple seul, qu’il appartient de gérer tout cela dans des comités créés par lui, et de gérer dans l’intérêt vraiment général.

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 12)

      Socialisme ou barbarie, telle est l’alternative, en ce début du XXI° siècle ! Et cette alternative est la même pour tous les pays. Ce serait une erreur de penser que la solution réside dans de petits arrangements de l’existant. Pour se maintenir à la tête de ses immenses fortunes, la bourgeoisie n’hésitera pas à diviser le peuple, quitte à recourir à la guerre civile contre son propre Peuple, et à mettre en place une dictature fasciste. C’est pourquoi il faut convaincre, y compris une petite minorité de la classe bourgeoise, consciente des enjeux, que la survie de l’humanité et son essor dans des conditions descentes, que la seule solution, demeure l’instauration d’un régime socialiste et démocratique dans tous les pays européens.

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 11)

      Ce n’est que par diverses fictions que la bourgeoisie capitaliste demeure encore à la tête de fortunes colossales et d’empires financiers et industriels, jamais créés par elle-même, ou par son travail, mais créés par le Peuple et par le travail du Peuple. Tous les exemples que l’on peut prendre concourent à démontrer cela, comme la production des armements.

      L’État bourgeois passe commande auprès des usines détenues nominalement par les avionneurs Dassault, qui ensuite encaissent indûment l’essentiel des immenses profits, alors que la valeur ajoutée par cette famille est nulle.

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 10)

      DANS L’ORDRE POLITIQUE ET DANS L’ORDRE ECONOMIQUE, LE PEUPLE N’EST RIEN.

      Depuis qu’elle a pris la société en main, après des luttes acharnées à la fois contre la noblesse féodale et aussi contre les velléités d’émancipation populaire, la classe bourgeoise, même si elle se garde bien d’en parler publiquement, n’a jamais perdu de vue les richesses économiques qui résultent de sa domination sans exclusive et sans partage, sur les moyens de production. De bric et de broc, au cours de ces luttes, elle a mis en place divers appareils de domination, qui forment l’État bourgeois, la « république bourgeoise » – dont il y a eu, en France, cinq républiques, certains rêvant de l’instauration d’une sixième république, capable de résoudre les principales contradictions – et la « démocratie » bourgeoise. Ces appareils de domination sont multiples : bien évidemment, l’armée et la police, les diverses administrations, les juges, mais aussi l’éducation, les médias, la religion sous divers aspects, la politique extérieure, les partis politiques, les syndicats corporatistes, etc.

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 9)

      Ainsi, depuis les années 1980, la bourgeoisie française, minoritaire dans le pays, est devenue incapable de gérer les bien communs : la nourriture est empoisonnée, et source de maladies, du fait des pesticides, glysophates, etc. ; l’eau et l’air sont pollués ; elle présente une incapacité à donner un véritable travail, convenablement rémunéré, à plus de cinq millions de personnes ; elle est la cause d’une dette abyssale et irrationnelle ; les violences urbaines, la sécurité et le terrorisme ne sont pas maîtrisés ; les logements indignes sont nombreux, ainsi que les personnes sans domicile fixe ; des guerres impériales sont menées en Afrique, au Proche Orient et en Asie, générant de nombreux mouvements migratoires ; la justice bourgeoise, non équitable pour le Peuple, multiplie les déviations de toutes sortes : évasions fiscales, disparues de l’Yonne, affaires non résolues (Boulin, de Broglie, etc.) ; blocage des institutions, et favoritisme, comme l’affaire Benalla ; démocratie dite représentative de plus en plus obsolète ; etc.

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 8)

      Du côté de la classe bourgeoise, il y a une classe politique corrompue, qui ne dit jamais la vérité, mais qui déguise celle-ci de mille apprêts, afin de tromper son monde. Il faut, très vite, interdire à cette classe politique corrompue, l’accès aux fonctions publiques et aux mandats électifs, comme cela a été fait, lors de la grande révolution bourgeoise de 1789, en interdisant aux députés de la première assemblée nationale de se représenter au scrutin de la seconde assemblée. Comment peut-on laisser à une classe politique, qui comprend de nombreux corrompus, jamais vraiment condamnés par la justice bourgeoise (comme Dominique Strauss-Kahn, Pasqua, Balkany, etc.), et qui, dans son ensemble, a failli dans ses diverses misions, la possibilité de se présenter ou se représenter à des mandats qui lui servent à s’enrichir individuellement et qu’elle ne met jamais au service du Peuple ?

       

    • a posté un article :

      REVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 7)

      La bourgeoisie est devenue incapable d’assurer l’ordre (ordre social, travail pour tous, sécurité, éducation pour tous, logement décent pour tous, etc.). Dans le cadre d’un capitalisme décadent, qui n’est plus en phase avec l’infrastructure, la bourgeoisie ne parvient plus à assurer le bon fonctionnement de toute la société, et cela se voit et se ressent de plus en plus : il est donc plus que temps pour elle de disparaître en tant que classe sociale, afin de laisser tous les leviers de commande au Peuple seul.

    • a posté un article :

      RÉVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 6)

      Mais ce qu’elle ne cache pas, car cela est devenu évident, criant même : la bourgeoisie, inhumaine et méprisante, refuse de se mélanger avec le Peuple, dans toutes les structures sociales (logements, quartiers, écoles, etc.). Son seul objectif, c’est de gagner de l’argent, et la poursuite de cette seule valeur conduit à une véritable chasse aux pauvres et aux démunis, tant en France métropolitaine, que dans les colonies outre-mer, et les divers pays où elle intervient.

    • a posté un article :

      RÉVOLUTION EN MARCHE EN FRANCE (Partie 5)

      En affaiblissant la classe moyenne (appauvrissement, paupérisation, etc.), et donc aussi les classes populaires, en France, le gouvernement Macron contribue à affaiblir la France au niveau international (sans compter qu'il dévalue son image de "pays des droits de l'homme», de la « démocratie », etc.). Donc, oui, par leurs luttes pour un meilleur partage des richesses, les gilets jaunes contribuent aussi à renforcer la défense nationale (qui ne repose pas que sur l'armée), par le peuple, de la France.

    Plus...

    Blogs de Pierre Quader

    Blogs favoris

    Pierre Quader n'a pas encore de blogs favoris

    Suit 0 membres

    Pierre Quader ne suit pas de membre

    Suivi par 0 membres

    Pierre Quader n'est suivi par aucun membre