Partagez vos passions
Rejoignez la communauté

  • PL Sisley


    Facebook Twitter';

    Ouvert, curieux et créatif, je suis un éternel apprenant de la vie et heureux de l'être. Je suis constamment partagé entre analyse et intuition, ce qui m'évite d'avoir des certitudes rigides ou des illusions nocives.
    @
    Open-minded, curious and creative, I am a lifelong learner and pleased with it. I'm constantly shared between analysis and intuition, what makes me avoid having strict certainties or harmful delusions.

    • a posté un article :

      48. HOMMES BATTUS : UN TABOU FÉMINISTE - ma recherche d'utilité publique

       

      Cet article parle de ma recherche universitaire sur les hommes battus débutée fin 2018. Cette étude est toujours en cours au moment où ce texte est publié : elle ne sera achevée qu'en juin 2021 sur le plan académique. Dans cet article, je n'analyse pas en profondeur le fond de mon travail. Ca fera peut-être l'objet d'un article ultérieur. Cette fois, je témoigne simplement de mes premiers constats, vecteurs de sentiments contrastés chez moi et déjà de certaines certitudes malheureuses sur le plan social. Je pense qu'au regard de ce que je lis ici et là, de l'importance plus grande accordée aux violences faites aux femmes en toute subjectivité, cet article qui est mon premier écrit public hors contexte académique publié sur les violences envers les hommes dans un couple tombe à pic : le gouvernement Macron via Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, a lancé fin 2019 une campagne publique tonitruante sur les violences conjugales... côté féminin uniquement. L'égalité entre les deux sexes tant prônée par les féministes n'est clairement pas encore d'actualité pour celles-ci et dans les instances officielles.

       

      47. MA RECHERCHE D'UTILITÉ PUBLIQUE - étudier un sujet tabou... pour le féminisme

       

    • a posté un article :

      47. ENTRE IMPARFAIT ET PLUS-QUE-PARFAIT - l'écriture ordinaire au subjonctif

       

      Depuis quelques temps, l'imparfait et le plus-que-parfait du subjonctif ont refait surface de manière fréquente dans mes écrits ordinaires, sans même que j'y prête attention. C'est un mouvement naturel. Toutefois, ce retour à l'usage de ces conjugaisons soutenues à l'écrit au quotidien pourra n'être que temporaire. Entretemps, je m'en amuse et vois poindre en moi quelques éléments de réflexion sur la communication écrite contemporaine et sa tendance à la simplification sinon au simplisme, évacuant par là les échanges humains autour d'une pensée complexe et sérieusement argumentée.

       

    • a posté un article :

      46. ADDICTION : SE RECENTRER SUR LE SOMA POUR MIEUX SOIGNER

       

      Dans cet article, je reviens sur l'accompagnement thérapeutique des addictions après avoir vu une vidéo-conférence sur le thème de l'alcoolisme. Un constat immédiat s'est imposé à moi à travers les mots de la conférencière : la méconnaissance du phénomène addictif en raison d'une vision essentiellement psychologique de la question. La personne dépendante est désignée comme le responsable principale de son état d'assuétude. Or, c'est oublier le paramètre essentiel : le rôle du cerveau. L'addiction est le fruit d'une complète réorganisation de notre système de neuro-transmission et du métabolisme hormonal. La réponse thérapeutique doit en tenir compte.

       

    • a posté un commentaire sur l'article 45. CONTRER L'EFFET DE PROJECTION SUR SOI - s'affranchir du jugement d'autrui de PL Sisley

    • a posté un commentaire sur l'article Les mots de Sérénita

    • a posté un article :

      45. CONTRER L'EFFET DE PROJECTION SUR SOI - s'affranchir du jugement d'autrui

       

      Ce texte aborde un processus cognitif humain particulièrement toxique : l'effet de projection ou l'interprétation du discours des autres à l'aune de ses seules valeurs et suppositions préalables voire préjugés. Dans cet article, j'explique que j'ai décidé de m'affranchir en douceur du jugement d'autrui sur mes opinions, en particulier lorsqu'il est dépréciatif. L'objectif est de gagner en liberté intérieure. Tenir compte de ce que disent les autres sur sa pensée personnelle et les valeurs qu'elle exprime expose un individu à être très dépendant des critiques et de souffrir si elles sont excessivement négatives voire intentionnellement blessantes. Il ne s'agit pas de "se foutre" de l'avis d'autrui mais de discerner ce qui est acceptable ou pas : l'autre en face rejoue toujours avec tout interlocuteur une histoire qui lui reste personnelle. Répliquer est inutile : l'autre a ses convictions et ça ne fera que le radicaliser. Le détachement reste l'unique solution : l'autre agit selon ses convictions et ses croyances sur lesquelles on n'a aucun contrôle. Ne faites pas une affaire personnelle de ce que votre interlocuteur pense de vous.

      Article dédicacé à Chantal G. de Saint-Ouen pour l'échange instructif & éclairant qui a contribué en partie à nourrir ce texte.
      Article dédicacé à Danielle R. de Vendée qui, sous l'emprise de son ego, a projeté sur moi son histoire intérieure et rompu notre amitié.
      Article dédicacé à Mahnaz D. de Saint-Ouen qui m'a montré que comme en amour, l'unilatéralité existait aussi en amitié... et que rien ne servait d'insister.
      Article dédicacé à Adjira de Lyon et de partout qui, après un long silence tendu, revient vers moi aujourd'hui.

       

    • a posté un commentaire sur l'article L'HERMIONE de DD17

    • a posté un commentaire sur l'article L'amour champêtre (Le rouet) de Béa37

    • a posté un article :

      44. MON BEL ÉTÉ 2010 - mélancolie du souvenir de lumineux possibles

       

      L'une des plus belles périodes de ma vie est ici décrite dans toute sa beauté intime, entre clarté solaire et mélancolie diaphane. Ce fut pour moi le temps des rêves, des GRANDS rêves, d'un accomplissement intérieur en cours, d'une progression qui semblait s'amorcer sans encombres. Il n'en reste que des impressions, des couleurs, des images comme autant d'empreintes profondément inscrites en moi. Je n'oublierai jamais mon été 2010... même s'il ne tint pas ses promesses plus tard.

       

    • a posté un commentaire sur le livre d'or Guestbook de PL Sisley

    • a posté un commentaire sur l'article Photos d'automne 2ème série de Sérénita

    • a posté un commentaire sur l'article 42. SATIE - poème d'amour à maxime de PL Sisley

    • a créé une page : Réflexions hors-saison

    • a posté un commentaire sur l'article 37. SE BÂTIR UNE AUTONOMIE DE PENSÉE - l'authenticité comme "r-évolution" humaine de PL Sisley

    • a créé une page : Saison 5

    • a posté un commentaire sur l'article 39. COTISATION CHÔMAGE SALARIALE : CE GAIN DE LÉGITIMITÉ PERDU de PL Sisley

    • a posté un commentaire sur l'article 41. L'ÉCLAT TERNI DE NOËL 2018 - seule, une petite flamme dans l'obscurité... de PL Sisley

    • a posté un commentaire sur l'article 42. SATIE - poème d'amour à maxime de PL Sisley

    • a posté un commentaire sur l'article Gnossienne N°1 - Erik Satie de Pianosh

    • a posté un article :

      43. LA PETITE FILLE AUX ALLUMETTES - conte social sur l'enfance et la pauvreté

       

      Cet article met en vedette le célébrissime conte d'Andersen, La petite fille aux allumettes, publié en 1845. Derrière la poésie de la narration, un fond social est sous-entendu. Ce récit d'une incroyable tristesse est tout simplement tragique. Et il l'est d'autant plus que son fond, la pauvreté des uns imposée par la richesse des autres, est d'une étonnante actualité : la réalité qu'il décrit est encore ô combien présente de nos jours, brisant des vies, des relations, des familles entières en France et à travers le monde. L'imaginaire peut aussi se parer de réalisme.

      Les fêtes de fin d'année sont une période adéquate pour se souvenir que tout le monde ne mange pas à sa faim ou ne peut vivre décemment. Cette belle histoire d'Andersen aussi tragique soit-elle permet de rappeler à un enfant que le monde n'est pas confortable pour tous et que l'empathie, la bienveillance et la compassion sont des sentiments à cultiver afin de poser la vertu en soi. Sinon notre monde deviendra tout bonnement invivable, soumis à la seule loi du plus fort.

       

      43. LA PETITE FILLE AUX ALLUMETTES - conte social sur l'enfance et la pauvreté

       

    • a posté un commentaire sur l'article 42. SATIE - poème d'amour à maxime de PL Sisley

    • a posté un article :

      42. SATIE - poème d'amour à maxime

       

      Il fut un temps lointain où l'amour me fit frémir et vivre quelques émois. Le présent poème fut écrit en décembre 1990. J'avais 26 ans. Dans ces vers, je m'adresse à Maxime, étudiant en deuxième année de lettres modernes à Nantes, ville où je vivais alors. A cette époque, je venais d'abandonner mes propres études littéraires afin de pouvoir travailler à plein temps. Je rencontrai Maxime dans une boîte de nuit très en vogue. Notre relation fut brève et dura ce qu'elle dura. Elle fut jolie, unique, parfaite dans ses imperfections, humaine.

      Mon amant arborait une longue chevelure de jais et des yeux marrons discrètement soulignés de noir. Sa peau pâle renforçait la singularité de son regard. Souvent vêtu de couleurs sombres et de vêtements à la coupe originale, il aurait pu passer pour un "gothique" ou un "émo" en un peu plus viril. Ce dont je me souviens le plus de lui était qu'il jouait du piano... et qu'il me fit découvrir celui qui allait devenir mon compositeur fétiche avec Frédéric Chopin : Erik Satie. Comment oublier ce 33 tours déjà usagé que Maxime me prêta un jour lorsqu'il remarqua combien la musique de ce cher Erik m'emportait vers moi-même bien mieux que les mots ou toute autre chose ! J'entends encore le son craquant de ce disque où la première Gymnopédie, en ouverture, ne cessait de "tousser", ratant quelques notes de-ci de-là, à chaque écoute, à cause d'une rayure récalcitrante. 

      Bien des années plus tard, ne reste qu'un poème, trace écrite d'une empreinte intérieure singulière que chaque note laissée par Satie ravive dès que je l'entends. Ce ne sont que des mots qui ont traversé le temps, quelques mots d'amour... pour Maxime.

       

    • a posté un article :

      41. L'ÉCLAT TERNI DE NOËL 2018 - seule, une petite flamme dans l'obscurité...

       

      Noël arrive à grands pas comme chaque année. Habituellement, je suis à la fête quelles que soient les circonstances que je vis. Mais cette année, je reste dans une relative indifférence : le contexte adverse que je vis depuis plus de 3 mois, lié à mes études universitaires, agit sur moi. Et à cet état de fait s'ajoute les tensions apportées par la décomposition sociale progressive qui s'opère sous nos yeux en France. Cette fin d'année 2018 n'est pas des plus réconfortantes : mon anxiété naturelle a rarement été aussi forte.

       

    • a posté un commentaire sur l'article Que maudite soit la guerre de claude lepenseur

    • a posté un commentaire sur l'article Préjugé...... de Faustine78

    • a posté un article :

      40. MONSIEUR LAI S'EST ENVOLE

       

      L'artiste Francis Lai vient de mourir récemment. L'annonce de ce décès me ramène à certaines musiques créées par cet homme, véritable génie de la composition. Un titre particulièrement, Générique FR3Les étoiles du cinéma, me rappelle une des périodes les plus heureuses de ma vie : l'été 1976.

       

    Plus...