Partagez vos passions
Rejoignez la communauté

  • james morane


    Facebook Twitter';

    Fut Instituteur, professeur des écoles, directeur d'école puis "retraité",ex-élu politique,responsable syndical national,départemental, régional et local, ancien secrétaire général de la FCPE Nord jusque juin 2012. Animateur en 2011 et 2012 du CDEN alternatif du Nord. Officier dans l'ordre des palmes académiques. Est toujours animateur, président d'associations d'éducation populaire, adhérent et militant syndicaliste, père et grand-père, autodidacte, cuisinier amateur.

    • a posté un article :

      L'INCENDIE DE LA CATHEDRALE "NOTRE DAME" DE PARIS

      Je ne pouvais que mettre sur ce blog une marque de l'évènement qui a frappé, ce lundi 15 avril 2019, un des plus beaux monuments de notre pays que j'avais pu photographier en 2012.

      L'INCENDIE DE NOTRE DAME DE PARIS

      De la stupeur sans doute peut résumer ma réaction mais ce ne fut pas tout de suite. Après avoir vu un tweet qui semblait alarmant, j'ai allumé la télé.

      La nouvelle était d’importance par les images visibles sur les écrans. Ce n’était pas un petit incendie comme cela m’est apparu sans doute par le fait qu’un monument comme la cathédrale Notre Dame de Paris ne me semblait pas susceptible d’être en danger majeur, dans mon inconscient, vu sa stature que l’on connaît.  Je l’avais vu de très près, il y a quelques années,  photographiant les masses immenses de ses deux tours et de sa structure imposante. Mais quand « la flèche » s’est  abattue, embrasant le toit,  là les choses se sont mises à leur place dans ma tête : la cathédrale séculaire était bien en grand danger. Tout le toit de l’édifice s’embrasait à grande vitesse. Le feu avait l’air difficile à maîtriser pour ce qu’on en voyait et notamment de l’action des pompiers dont les lances braquées vers le toit avaient  l’air bien dérisoires face aux flammes qui semblaient gagner du terrain.

    • a posté un article :

      ÉLECTIONS EUROPÉENNES: "DÉBAT" DÉCEVANT DU 4 AVRIL 2019, SUR FRANCE 2

      Le débat, ce 4 avril 2019, n’a pas eu lieu. J'aurai aimé dire qu'il y avait eu de vrais échanges mais ça n'a pas été le cas.  Dommage mais c'était très prévisible vu la formule choisie.

      Les têtes de liste aux élections européennes n’ont pu que se présenter et résumer rapidement leur programme sous forme condensée : 12 minutes chacune ou chacun. Pas de quoi pavoiser de la part de la chaîne publique.

      Ce fut au mieux le moyen de mettre un visage sur le nom de chaque tête de liste tout au moins pour celles et ceux qui n’étaient pas encore ou un peu connus : François-Xavier Bellamy, Natalie Loiseau, Manon Aubry, Raphaël Glucksmann, Jordan Bardella, Ian Brossat. Jean-Christophe Lagarde, Yannick Jadot, Florian Philippot

      Pour les autres comme François Asselineau, Nicolas Dupont-Aignan et Benoît Hamon, ils avaient déjà pu se révéler pour les élections présidentielles puisqu’ils étaient candidats.

      LES RÉFUGIÉS ET L'EUROPE

      (L'hémicycle du Parlement européen à Strasbourg pendant une session plénière en 2014, travail de Diliff, licence CC BY-SA 3.0 ) 

    • a posté un article :

      LE POPULISME SELON MARLÈNE SCHIAPPA

      On pourrait aussi intituler cela : de la manière dont madame Marlène SCHIAPPA conçoit l’information...

      Elle aurait pu dire aussi «  On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre » mais ça ne serait pas gentil pour les téléspectateurs considérés comme des mouches et pour « Envoyé spécial » et « Cash investigation », le vinaigre. Chez Hanouna, le miel ?...

      Un peu simpliste...peut-être.

      LE POPULISME SELON MARLÈNE SCHIAPPA

    • a posté un article :

      HUMEURS DE MARS 2019 ( 3 ) - LES MANIFESTATIONS DES 20 SAMEDIS

      J’aborde donc ici les manifestations des Gilets Jaunes des 20 samedis consécutifs. Ce qui fait un peu près 5 mois que le pays ne reçoit aucune solution à la crise.

      Mais qu’on ne s’y trompe pas, Emmanuel Macron continue de faire travailler ses ministres et le parlement pour continuer la casse de nos acquis sociaux : les casques de chantiers sont portés par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale, Agnés Buzin, ministre de la santé, Jean-Paul Delevoye Haut-commissaire à la réforme des retraites... pour n’en citer que quelques uns.

      HUMEURS DE MARS 2019 ( 3 ) - HUMEURS DE MARS 2019 ( 3 ) -

      HUMEURS DE MARS 2019 ( 3 ) -

      (d'après image modifiée de 3dman_eu, CC0 domaine public)

    • a posté un article :

      HUMEURS DE MARS 2019 ( 2 ) - LE SÉNAT, L'EXÉCUTIF ET L'AFFAIRE BENALLA...

      Dans mon précédent « billet d’humeur » j’ai dit que je traiterai d’au moins deux ou trois actualités choquantes qui font qu’on peut se poser des questions quant à la capacité du pouvoir actuel de gouverner avec toute la sérénité qu’il faudrait pour que des décisions sages soient prises pour le pays...

      Quand un président se permet donner une leçon de sagesse à une septuagénaire bousculée par les forces de l’ordre lors d’une manifestation lui faisant comprendre qu’il n’est plus de son âge de manifester... Ça me choque.

      HUMEURS DE MARS 2019 ( 2 ) - LE SÉNAT, L'ÉXÉCUTIF ET L'AFFAIRE BENALLA...

      On peut lui retourner la leçon quant à la sagesse avec laquelle il ne maîtrise pas la situation actuelle de la France... et le manque de sagesse évident quand il s’est agi, au début de son quinquennat de choisir nombre de ses collaborateurs...

      Je veux, en effet, au moins aborder les suites de l’affaire Benalla et les manifestations des Gilets Jaunes des 20 samedis. 

    • a posté un article :

      HUMEURS DE MARS 2019 ( 1 ) - DE TOUT EN VRAC FAUT QUE ÇA SORTE...

      Il y a bien des motifs pour avoir des humeurs, plutôt mauvaises d’ailleurs, en ce mois de mars 2019 qui se termine.

      Mauvaises car de plus en plus, le pouvoir actuel n’arrête pas de nous donner prétexte à « râler » avec raison : les suites de l’affaire Benalla, le buzz sur l’utilisation de l’armée pour les manifestations des gilets jaunes à Paris ce dernier week-end, une manifestante septuagénaire blessée, les grandes manœuvres des élections européennes , la loi sur « l’école de la confiance », la réforme des retraites, le statut des fonctionnaires... J’en passe sans doute.

      Un billet "d'humeurs" s'imposait donc, sans doute pour évacuer ce qui serait susceptible de me mettre plus en colère que je ne le voudrai. La colère étant mauvaise conseillère... mieux vaut la contrôler ou la canaliser. Exprimons nous donc. On le peut encore...

      HUMEURS DE MARS 2019 ( 1 ) - DE TOUT EN VRAC FAUT QUE ÇA SORTE...

      (image TheDigitalArtist, CC0 domaine public)

    • a posté un article :

      EDUCATION NATIONALE: LA CASSE À MACRON via BLANQUER - chapitre six

      Oui, le ministre passe, le maître reste... C'est la force de ce dernier et nul doute qu’il faut tout au long de sa carrière résister à ce que l’on n’estime pas utile ou bon pour les élèves même s’il faut reconnaître humblement que bien sûr on peut se tromper et qu’on a pas fait toujours les choses comme on l’aurait voulu parfois par manque de temps, de possibilités de traiter individuellement les problèmes d’apprentissages faute de formation ou/et de moyens humains ou opérationnels pour le faire et peut-être aussi par moments de lassitude ou de découragement...

      C’est en tout cas une attitude que j’estime bien meilleure que d’appliquer aveuglement une méthode qu’un ministre estime être la seule et unique valable et qu’il veut imposer ou multiplier des évaluations dont on ne saisit pas bien comment elles peuvent aider les élèves de la manière dont elles sont faites et imposées.

       

    • a posté un article :

      ÉDUCATION NATIONALE: LA CASSE À MACRON via BLANQUER - chapitre cinq

      Le livre que Jean-Michel Blanquer, a écrit en 2016 , intitulé « L’école de demain » a servi, d'après nombre d'observateurs, de base pour écrire le programme présidentiel d'Emmanuel Macron sur l’’Éducation.

      Dans la loi qui a été proposée au parlement et qu’on ose nommer loi de « l’école de la confiance », il suffit d’analyser les rappels à l’ordre en direction des enseignants contenus notamment dans l‘article un de la dite loi et qui ouvrent la voie à des restrictions de la liberté d'expression des enseignantes et enseignants pour se convaincre qu’il s’agit ici plutôt d'une loi pour la défiance, celle que le ministre a pour les enseignants qu'il ne consulte pas mais à qui il se permet de donner des leçons de pédagogie. Il faut en effet y ajouter les attaques à la liberté pédagogique qu’on veut brider par des injonctions sous forme de « recommandations » que le ministre va demander de faire appliquer par une hiérarchisation renforcée. Troisième remarque et pas des moindres, la loi va casser l’école primaire, en la fondant dans un « machin administratif » destiné d’une part à faire des économies par la suppression de postes et d’autre–part à contrôler administrativement le personnel pour le rassembler sous l’égide des chefs d’établissement de collège. Bref casser tout ce qui fait l'école primaire, son fonctionnement... Merci aux technocrates et à leurs inepties!

      ÉDUCATION NATIONALE: LA CASSE À MACRON via BLANQUER - chapitre cinq

      (Image Tama66, CCO domaine public)

    • a posté un article :

      EDUCATION NATIONALE: LA CASSE A MACRON via BLANQUER - Chapitre 4

      En terminant le chapitre 3, je disais qu’il fallait résister aux dogmatismes des ministres pour avancer. Résister ne veut pas dire rejeter. Résister veut dire réfléchir, apprécier, comprendre pour avoir un avis qui permette ensuite d’évoluer. Je parle ici de l'enseignant et de sa liberté d’adapter son apprentissage aux élèves dont il a la charge ceci bien sûr dans la stricte application des programmes nationaux. Ce n'est pas suivre un guide de recettes même s'il a été pondu par un ministre et qu'il fait 130 pages.

      C’est bien l’attitude qu’il faut avoir face à des dogmes qui rejettent le doute ou la critique. Jean-Michel Blanquer a par exemple comme dogme, comme d’ailleurs d’autres politiciens (Marine LE PEN entre autres) que la lecture syllabique est la seule susceptible de permettre d’apprendre à lire aux enfants. Le moins qu’un enseignant puisse faire est bien d’analyser la « recommandation » de manière critique d’autant que les programmes et instructions officielles ne contiennent en rien la mention qu’il faut appliquer telle ou telle méthode pour apprendre à lire aux élèves. Ce n'est qu' exemple bien sûr.

      EDUCATION NATIONALE:  LA CASSE A MACRON via BLANQUER - Chapitre 4

       

    • a posté un article :

      EDUCATION NATIONALE: LA CASSE A MACRON VIA BLANQUER - Chapitre 3

      Le président de la République, en choisissant Jean-Michel BLANQUER comme ministre de l’Éducation nationale, ne semble pas gêné que ce dernier ait eu des félicitations de la part de la présidente de l’ex Front national, Marine LE PEN, le 8 décembre 2017, à la suite des mesures prise à la rentrée scolaire et aux annonces faites : « Jean-Michel Blanquer reprend à son compte nos idées sur l'école. Je ne peux que m'en féliciter. C'est une victoire idéologique pour nous, et une défaite des pédagogistes, qui ont fait tant de mal au pays ! »

      On sait bien que la patronne de l’ex-Front national qui se nomme maintenant « Rassemblement National », est toujours habile pour revendiquer ce qui lui apparait jouer en faveur des idées de son mouvement. Cela fait partie du jeu politique.

      Qu’en est-il donc ?

      EDUCATION NATIONALE:  LA CASSE A MACRON  VIA BLANQUER - Chapitre 3

      (extrait de la bibliothèque des affiches de mai 68 en ligne de Jean-Paul Achahrd à voir sur

      http://jeanpaulachard.com/mai/#

       

    • a posté un article :

      EDUCATION NATIONALE : LA CASSE A MACRON via BLANQUER- Chapitre deux

      Dans le premier chapitre je faisais brièvement le tour de ce que je pourrais appeler l’action d’un ministre au service d’un dogme : celui d’une École aux principes éculés qui ne refondera rien, régressera et dont on fait un Buzz permanent pour faire croire à une action ministérielle qui n’est en réalité et à mon sens que de "la poudre aux yeux".*

      Mais attention, la poudre ça pique et derrière peuvent se cacher nombre d’intentions peu conformes à ce qu’on pourrait attendre d’une amélioration de notre service public de l’Éducation nationale.

      EDUCATION NATIONALE : LA CASSE A MACRON via BLANQUER- Chapitre deux

      ( Couverture de "La Poudre aux yeux" (René Boylesve, 1909), CC0 domaine public)

    • a posté un article :

      EDUCATION NATIONALE : LA CASSE A MACRON via BLANQUER - chapitre un

      Pendant que le président continue sa tournée publicitaire destinée à regagner les faveurs de l’opinion dans le cadre du "grand débat", la casse qu’il a entreprise des piliers de nos fondations sociales se poursuit sans vergogne. Je le disais lors du précédent article :

      « Durant ce temps, ce que j’appelais la « macronite » ou la « Casse à Macron » poursuit ses ravages l’assemblée nationale : après la loi sur la sécurité, les lois qui sont actuellement discutées ne vont pas dans le sens d’un changement de politique. C’est le moins qu’on puisse dire : loi pour une école de la « confiance », projet de loi relatif à "l'organisation et à la transformation du système de santé" sur lesquelles je reviendrai car elles sont des dangers pour deux systèmes piliers de la nation. »

      LA COURSE AUX RÉFORMES ou LES DANGERS DE LA MACRONITE... 1sur2

       

      Aujourd’hui, j’amorcerai donc la description de la sape bien orchestrée par Jean-Michel BLANQUER, ministre de l’Éducation, pour fragiliser l’École publique , renforcer l’école privée et ses financements mais aussi aller vers la destruction du baccalauréat, la destruction de l’entité "école primaire", tout cela, malgré des apparences trompeuses, sur fond de gadgetisation rétrograde et d’économie sur la prise en charge des élèves.

    • a posté un article :

      REFERENDUM : DU GRAIN A MOUDRE POUR OCCUPER LES ESPRITS

      Il est donc question, comme je le disais dans le précédent article, d’un éventuel référendum. L’entretien récent, à l’Élysée, du président avec des journalistes a en effet permis de laisser « filtrer » qu’un référendum était possible mais pas décidé, après la clôture du grand débat.

      On apprend ensuite que cela pourrait être en même temps que les européennes. Mais rien n’est moins sûr. Depuis, les médias télés nous abreuvent d’hypothèses...

      Le "suspense" est à son comble, bien entretenu ...

      Une nouvelle opération de communication ?

      Je disais en effet que «  tout cela est dans un flou bien orchestré et une sorte de suspense voulu pour faire croire que l’on va répondre à cette demande de « référendum » faite par les Gilets Jaunes sauf à dire que ce qu’ils ont demandé c’est qu’on étudie le système du RIC (Référendum d'Initiative Citoyenne) ce qui est tout à fait autre chose. »

    • a posté un commentaire sur l'article LE "GRAND DÉBAT" : MASCARADE ET OPÉRATION DE COMMUNICATION ? de james morane

    • a posté un article :

      LE "GRAND DÉBAT" : MASCARADE ET OPÉRATION DE COMMUNICATION ?

      Pour faire suite à mes articles précédents sur le « grand débat » organisé par le président de la République sous la houlette du gouvernement, je reviens sur la neutralité de cet exercice coordonné par deux ministres après l’évincement de la Commission Nationale des Débats Publics qui aurait dû être l’organisatrice et la garante de la bonne tenue d’un véritable débat ainsi que de la synthèse finale. Les informations révélées par Médiapart et argumentées avec sérieux notamment par des échanges de courriers et de mails entre le cabinet du premier ministre et Chantal Jouanneau, la présidente de la CNDP montrent à l’évidence la volonté du gouvernement d’Emmanuel Macron de ne pas vouloir que le débat en soit un vraiment.

      Ajouté à ce qu'Emmanuel Macron déclare et fait ainsi que ses ministres, plus le temps passe depuis le lancement le 15 janvier de ce "grand débat" que j'ai souvent encadré de guillemets et pour cause, plus je suis convaincu que c'est une mascarade et une opération de communication. L'enjeu pour le président: reprendre la main vis à vis de l'opinion. Les sondages montrent que ça commence à fonctionner. Il y a encore du chemin mais où ce chemin mènera-t-il la France car c'est bien de cela qu'il s'agit?... et c'est très préoccupant.

      LE "GRAND DÉBAT" : MASCARADE ET OPÉRATION DE COMMUNICATION

       (auteur pixel2013, CC0 domaine public)

       

    • a posté un article :

      LE GRAND DEBAT : PEUT-ON FAIRE EXPLOSER LA NASSE?

      Le « Grand Débat » a été voulu par Emmanuel Macron comme moyen de calmer la colère après l’annonce du 10 décembre des 10 milliards de soi-disant efforts sans précédents qui ne sont en réalité que des aumônes qui n’ont répondu que très partiellement à la réalité des préoccupations.

      En jouant de cet exercice, le Président a-t-il mesuré que si les citoyens jouent le jeu, ils en attendront autre chose que des miettes mais bien un changement profond de la politique menée jusqu’ici qui seul peut permettre que la crise profonde qui s’est exprimée soit résolue ?

      Il ne doit pas croire qu’il pourra atténuer les revendications légitimes des Gilets Jaunes et à travers eux nombre de françaises et de français qui se reconnaissent dans leurs demandes.

    • a posté un article :

      GRANDE CONSULTATION CITOYENNE: L'ESPRIT, LA LETTRE ET LES ACTES - 4 sur 4

      J’en viens donc aux questions posées par le président dans sa lettre, questions que l’on retrouve dans les documents d’aide au débat qui sont susceptibles d'être distribués aux participants et qui peuvent, selon le gouvernement, aider à l’animation.

      Et il me semble que c’est là qu’est confirmé que le grand débat est non seulement encadré  mais orienté puisque nombre de sujets ou de questions qui seraient à poser sont exclues.

      Ce qui me fait douter des intentions du chef de l'État de remettre tout à plat pour un nouveau contrat.

      GRANDE CONSULTATION CITOYENNE: L'ESPRIT, LA LETTRE ET LES ACTES  - 4 sur 4

      (extrait des documents officiels pour le débat)

       

    • a posté un article :

      GRANDE CONSULTATION CITOYENNE : L'ESPRIT, LA LETTRE ET LES ACTES - 3 sur 4

      Je commence à écrire ce billet alors que le président Macron va cette fois rencontrer les maires du LOT à SOUILLAC.

      Il paraît qu’il va faire cela douze fois dans les deux mois.

      Je ne regarderai pas la prestation présidentielle, estimant qu’elle n’a plus d’intérêt pour moi. Ce sont après tout les maires qui sont concernés.

      Après le tour de chauffe de ce mardi qu’il était intéressant de voir, je crois qu’on pourrait cette fois éviter de mobiliser 4 télés de la TNT pour chacune de ces réunions locales et laisser le soin à « France 3 région » de rapporter éventuellement les rencontres.

      Continuer ainsi durant les deux mois va être lassant pour ceux qui auront le courage et le loisir de regarder.

      Cela contentera peut-être les maires invités mais au delà de l’essai d’une reconquête de celles et ceux qu’il a jusqu’ici snobés, les maires, et pour faire montre de ses capacités d’être près du  terrain , pas sûr que ce soit d’un intérêt flagrant pour population qui en est écartée tout comme d'ailleurs ceux qui sont à la base de tout ce remue "méninges": LES GILETS JAUNES. On ne peut que les en féliciter.

      CAMPAGNE PRESIDENTIELLE : UN GRAND « MICMAC » OU UN VAUDEVILLE?

      (auteur 383961, pixabay, CC0 domaine public)

    • a posté un article :

      GRANDE CONSULTATION CITOYENNE : L'ESPRIT, LA LETTRE ET LES ACTES- 2 sur 4

      Alors que le président de la République commence sa tournée auprès des maires de France, j’ai donc largement le temps de lire le contenu de sa lettre que beaucoup dans les médias commentent mais que tout le monde n’a pas lu sauf à n’avoir que cela à faire depuis sa parution. De plus tout le monde ne regarde pas la télé, n a pas internet... C’est en tout cas ce que je constate autour de moi. C’est dire qu’il faudra du temps pour que les français qui décident de la lire,  prennent vraiment connaissance du contenu, l’assimilent, y réagissent et décident de participer ou non aux échanges ou à la consultation.

      De toute façon, les 5 personnalités qui doivent être garantes de l’impartialité des remontées ne sont pas encore nommées ce qui est pour le moins un flop dans le lancement. C’est pourtant un des éléments importants pour décider si cette consultation-débat vaut la peine qu’on y participe.

      Il n’y a toujours pas de réponses dans la circulaire du premier ministre sur la manière dont les fruits du débat remonteront pour être pris en compte. Quels fruits seront mis dans la corbeille? C'est aussi la grande question.

      CAMPAGNE PRESIDENTIELLE : UN GRAND « MICMAC » OU UN VAUDEVILLE?

      (auteur Pexels, pixabay, CC0 domaine public)

    • a posté un article :

      GRANDE CONSULTATION CITOYENNE: L'ESPRIT, LA LETTRE ET LES ACTES - 1 sur 4

      Le président de la République vient de publier une lettre qu’il adresse aux citoyens.

      Dans mes écrits précédents, j’ai dit combien je regrettai les paroles provocantes, injustes et insultantes du Chef de l’État vis à vis des français qui selon lui sont "beaucoup trop" à ne pas faire l’effort nécessaire pour assumer leurs devoirs et avoir des droits. Ceci dit en résumé mais sans équivoque. Mépris et suffisance sont les deux mots que j’exprimai pour manifester ma colère vis à vis de propos inadmissibles venant d’un président de la République qui lui ne fait pas l’effort nécessaire pour se placer dans la position que devrait être la sienne d’apaiser les graves tensions actuelles dont l’expression visible sont les manifestations des Gilets Jaunes mais qui en réalité sont plus profondes dans l’ensemble de notre société.

      Je confirme ma colère avant la lecture de sa lettre...

      VŒUX DU PRÉSIDENT : AU DELA DU RÉEL, MACRON CONTINUE - 1 sur 2

    • a posté un article :

      GRANDE CONSULTATION CITOYENNE : CHICHE! - 2 sur 2

      Hier, vendredi 11 janvier 2019,  devant les maîtres boulangers réunis à l’Élysée pour la traditionnelle galette des rois, le président de la République a voulu rappeler que  « Notre jeunesse a besoin qu’on lui enseigne un métier et le sens de cet engagement qui fait qu’on n’a rien dans la vie si on n’a pas cet effort ». Leçon numéro un.

      Leçon numéro deux : « Les troubles que notre société traverse sont aussi parfois liés au fait que beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu’on peut tout obtenir sans que cet effort soit apporté. Parfois on a trop souvent oublié qu’à côté des droits de chacun dans la République - et notre République n’a rien à envier à beaucoup d’autres - il y a des devoirs. Et s’il n’y a pas ce sens de l’effort, le fait que chaque citoyen apporte sa pierre à l’édifice par son engagement au travail, notre pays ne pourra jamais pleinement recouvrer sa force, sa cohésion, ce qui fait son histoire, son présent et son avenir ».

      Deux leçons qui ne sont pas faites pour apaiser la tension populaire actuelle.

       

      GRANDE CONSULTATION CITOYENNE : CHICHE! -  2 sur 2

      (auteur 705847, CC0 domaine public)

    • a posté un article :

      GRANDE CONSULTATION CITOYENNE : CHICHE ? - 1 sur 2

      Suite au mouvement des Gilets Jaunes, il a été annoncé une grande consultation citoyenne qui débutera le 15 janvier et durera 3 mois, via notamment l'ouverture d'une plateforme numérique dédiée et de réunions au niveau des communes.

      Une lettre du président aux français envoyé prochainement servira de cadrage.

      Pour que je dise « CHICHE », il me semble que nombre de conditions devront être réunies.

      J’y reviens.

      GRANDE CONSULTATION CITOYENNE : CHICHE ? - 1 sur 2

      (auteur kellepics,domaine public)

    • a posté un article :

      VŒUX DU PRÉSIDENT : AU DELÀ DU RÉEL, MACRON CONTINUE

      J’emprunte le titre à cette série de science fiction des années 60, dont l’accroche de tous les épisodes commençait ainsi :

      « Ce n'est pas une défaillance de votre téléviseur, n'essayez donc pas de régler l'image. Nous avons le contrôle total de l'émission : contrôle du balayage horizontal, contrôle du balayage vertical. Nous pouvons aussi bien vous donner une image floue qu'une image pure comme le cristal. Pour l'heure qui vient, asseyez-vous tranquillement. Nous contrôlerons tout ce que vous allez voir et entendre. Vous allez participer à une grande aventure et faire l'expérience du mystère avec « Au-delà du réel. » 

      Pour être exact, « Au delà du réel, l’aventure continue » tel est le titre de la suite dans la fin des années 90 et début des années 2000.Un clin d'œil en quelque sorte pour rattacher le passé au futur et inversement et surtout amorcer dans la bonne humeur ce qu'est ma réponse aux vœux présidentiels et pour dire de suite que le Macron d'aujourd'hui est bien le même que celui d'hier: Président de la République ce que je ne conteste pas mais toujours trop jupitérien sur son Olympe. Dommage...

       

       

      OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 2

      OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 2OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 2OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 2

       

       

       

       

       

       

       

       

       

       

      ( montage à partir images A USMC Paratrooper et Montgolfier brother's balloon, 1895 , domaine public)

       

       

    • a posté un article :

      Deux mille dix neuf...

    • a posté un article :

      MESURES MACRON : DES MIETTES POUR LES « GUEUX » - 2 sur 2

      Non, les aumônes d'Emmanuel MACRON ne permettent pas de dire qu'il a amorcé un "tournant social" comme le prétendent abusivement certains "experts" ou journalistes.  Aucune mesure

      - ne résout à moyen et long terme les problèmes de pouvoir d'achat des français les plus en difficulté,

      - ne rétablit une justice fiscale qui permette d'avancer sans pressurer toujours les mêmes à savoir les classes moyennes,

      - ne remet en cause le cap du président quant à la destruction de piliers de notre solidarité nationale basée sur les cotisations sociales et la gestion de cette solidarité par les représentants de ceux qui cotisent.

      A l'heure où l'on lance l'idée du RIC  (Référendum d'initiative citoyenne ) que le gouvernement veut bien examiner dans le cadre des discussions qui auront lieu durant trois mois,  la destruction de nos acquis sociaux et du contrôle de notre solidarité sociale se poursuit de manière insidieuse et larvée. La tactique est classique: on met en avant une idée soi-disant centrale dans les revendications pour en faire un objet de cristallisation qui permet d'oublier les autres problèmes de fond

      J'y reviendrai.                                                MESURES MACRON : DES MIETTES POUR LES « GUEUX » - 2 sur 2

      MESURES MACRON : DES MIETTES POUR LES « GUEUX » - 2 sur 2

    • a posté un article :

      MESURES MACRON : DES MIETTES POUR LES « GUEUX » - 1 sur 2

      ...qui vont nous conduire tôt ou tard dans le mur de la révolte.

      A la suite des annonces d’Emmanuel MACRON pour tenter de faire baisser la pression du mouvement des Gilets Jaunes, quand j’entends nombre de journalistes de certains médias se gargariser de la formule « Macron a amorcé un tournant social » et de défendre les mesures annoncées comme si elles étaient à même de résoudre la crise des français dans « la gêne » économique, je me pose nombre de questions quant à la capacité d’analyse de ces médias et de leurs experts ou journalistes. Et si ce n’est pas leur capacité d’analyse qui est en cause alors ils n’ont rien analysé et sont de toute évidence de parti pris quand ils clament qu’Emmanuel Macron a fait des propositions qu’ils qualifient de « fortes ».

      LES BUZZ QUI GACHENT L’INFO...

    • a posté un article :

      10 DÉCEMBRE 2018 : INTERVENTION DÉCEVANTE D’EMMANUEL MACRON - 2 sur 2

      J’en viens donc aux annonces que certains journalistes qualifient de « fortes ». Ils feraient bien de se dispenser de prendre parti et de mettre pour ce faire ce type de qualificatif qui ne correspond en rien à la réalité puisqu’à l’évidence elles sont consternantes de faiblesses et de complexité  et ne satisfont pas ni la majorité des Gilets Jaunes ni la majorité des nombreux oubliés. On peut tout juste les qualifier pour certaines, de légères avancées comme la suppression partielle de l’augmentation de la CSG. Quand aux autres ...on regarde dans le détail.

      10 DÉCEMBRE 2018 : INTERVENTION DÉCEVANTE D’EMMANUEL MACRON - 2 sur 2

      (PublicdomainPictures)

    • a posté un article :

      10 DÉCEMBRE 2018 : INTERVENTION DÉCEVANTE D’EMMANUEL MACRON - 1 sur 2

      Cette déclaration étaient attendue sans doute de manière très diverse par les français : méfiance chez ceux qui, comme moi, ne se faisaient pas d’illusion, espoir pour certains qui voulaient voir terminer la crise ou espéraient que les annonces allaient permettre d’aller de l’avant dans leur vie... Après les annonces décevantes de ces dernières semaines du premier ministre ou des ministres de la République, Emmanuel MACRON a fait les siennes hier soir, de manière solennelle pour tenter de calmer la grogne des Gilets Jaunes et derrière eux nombre de français qui n’approuvent pas les décisions politiques qui les malmènent dans leur quotidien.

      Trop attendue sans doute, une fois de plus... 

      GILETS JAUNES:  VA-T-ON DANS LE MUR?

      (Emmanuel Macron aux cérémonies du 11 novembre 2017 à la statue Clemenceau, auteur Remi Jouan - CC BY 4.0-)

    • a posté un article :

      HARO SUR LES RETRAITÉS... SUITE

      Le 2 juin 2017, juste après l’élection d’Emmanuel MACRON, j’écrivais un article dans la rubrique ALERTE ROUGE du présent blog, intitulé HARO SUR LES RETRAITÉS

      http://quaiducitoyen.eklablog.fr/emmanuel-macron-haro-sur-les-retraites-a130354888

      « Sans violence,  en douceur, masqué par de faux arguments de solidarité avec le sourire du président, c'est quand même une sorte de  racket  surtout  pour les retraités qui ont les plus petits revenus et qui ressentent la baisse de leur maigre pension car chaque mois, pour beaucoup d'entre eux , ils "comptent leurs sous" pour essayer d'y arriver, payer leur loyer, manger et se soigner. Pas de violence physique, certes mais bien une violence sociale par la diminution des ressources de ceux dont les pensions ont stagné depuis des années."

      ALERTE: VOTER EN MARCHE C'EST LÉSER LES RETRAITÉS...

       

      Pour financer la suppression des cotisations maladies et chômage des salariés (qui représentent 3,15% du salaire), le programme du président de la République prévoyait une augmentation de 1,7 point de la Contribution sociale généralisée (CSG), en en excluant les chômeurs et 40% des retraités les plus modestes.

      En conséquence, plus de 9 millions de retraités sur 14 millions au total, ont été touchés par cette hausse de la CSG ce qui a entraîné la baisse de leur pouvoir d'achat de 1,7%.

      Pour les autres retraités à moins de 1 000 euros de pension par mois, aucune mesure pour les aider à percevoir un meilleur revenu pour les aider à vivre plus décemment n'avait été prévue.  Ils peuvent donc   continuer d'aller demander de l'aide au Secours Populaire...

    • a posté un article :

      GILETS JAUNES: VA-T-ON DANS LE MUR?

      Dans mon dernier article fait après les annonces du premier ministre ce dernier mardi, je concluais :

      « En réalité, les annonces faites ne remettent rien en cause de la politique d’Emmanuel Macron. Les suspensions et reports des hausses des carburants et de l’énergie n’apportent rien au pouvoir d’achat immédiat  de nombre de français et donc des Gilets Jaunes qui ne sont pas stupides et continueront, avec raison, de poursuivre leur mouvement de contestation contre les injustices fiscales , sociales et représentatives.

      A espérer que cela n’engendrera pas de nouvelles violences ... Rien n'est moins sûr.

      GILETS JAUNES : UN MOUVEMENT EN QUETE DE COHERENCE

      (auteur code 404, CC0 domaine public)

    Plus...

    Blogs de james morane

    Blogs favoris

    james morane n'a pas encore de blogs favoris

    Suit 0 membres

    james morane ne suit pas de membre

    Suivi par 1 membres