Partagez vos passions
Rejoignez la communauté

  • kilmann


    Retraité, ancien cadre commercial, mélomane mais malheureusement pas musicien, collectionneur d'anecdotes relatives au monde de la musique classique et de l'opéra.

    • a posté un article :

      D comme Durée (2/2)
      D comme Durée (2/2) b) Concerts Parmi les concerts les plus longs, les deux exemples suivants méritent d’être cités: Le compositeur autrichien Gustav Mahler (1860-1911) a fait en 1998 son entré...

    • a posté un article :

      D comme Durée (1/2)

      La durée est une période de temps déterminée, mesurable, avec un début et une fin; soit le temps que dure un événement, une action. Le billet présent traitera donc de la durée de tout ce qui est relatif à la musique classique, soit des compositions, concerts, bis, enregistrements, et même des carrières; à commencer par les plus courts, et à finir avec les plus longs :

       

      D comme Durée 

    • a posté un article :

      D comme Duel

      Le duel est un combat singulier, assigné d'homme à homme et soumis à certains codes. En règle générale, les deux adversaires s'affrontent par les armes quand l'un a demandé à l'autre réparation d'une offense ou d'un tort. Le mot vient du latin duellum qui, selon les encyclopédies, serait soit la forme ancienne de bellum = guerre, soit celle de duo = deux. Ce pourrait d'ailleurs être un mélange de ces deux significations, car il s'agissait bien d'une forme de guerre entre deux individus.

      Duel entre Oneguine et Lenski (Eugène Oneguine de P. Tchaikovski)

      Peint par Ilya Repin, 1899

       

    • a posté un commentaire sur l'article D comme Drogue de kilmann

    • a posté un article :

      D comme Drogue

      D somme Drogue

      Sans même évoquer les dérives dans le domaine sportif, pourtant particulièrement touché par ce phénomène, nous savons tous que bon nombre d'artistes de la musique pop et du jazz fument de l'herbe, sniffent de la coke, consomment des anabolisants ou se piquent.

      A juste titre, je me suis alors demandé si le milieu de la musique classique et de l'art lyrique n'était pas également touché par ce fait, devenu si tristement banal de nos jours.

      Voici donc les éléments que j'ai pu récolter, côté jardin aussi bien que côté cour, pour alimenter ce billet :

    • a posté un commentaire sur l'article AVEC LE TEMPS (48) de Nikole

    • a posté un commentaire sur l'article AVEC LES OREILLES (21) de Nikole

    • a posté un commentaire sur l'article Wolfgang Amadeus Mozart - Requiem de Nick-Nak

    • a posté un commentaire sur l'article Robert Schumann de user22

    • a posté un commentaire sur l'article La raison de mon absence de Hamdibey

    • a posté un commentaire sur l'article AVEC LE CORPS (3) de Nikole

    • a posté un article :

      C comme Caprice (de D comme Diva)

      On peut discuter longtemps au sujet des caprices de diva,  et selon le côté où on se place, soit s’en offusquer, soit en rire. Ou encore, comme la présentatrice d’émissions télévisées musicales Eve Ruggieri, invoquer que ce sont bien souvent rien d’autre que les exigences d’une artiste à vouloir, dans toutes les conditions, donner le meilleur d’elle-même.

      Admettons. Pourtant, la marge qui subsiste entre le «bien souvent» et le «toujours» est tellement extraordinaire qu’elle éveille immanquablement une certaine curiosité – ou une curiosité certaine. A vous de juger !

      Ainsi, bien avant et pendant la période dorée du 19ème siècle de l’opéra, les artistes (et les imprésarios) ne témoignaient d’aucun respect envers le compositeur d’une oeuvre et il était habituel que les chanteurs faisaient ce qui leur plaisait. Sachant qu’ils devaient faire quelque chose qui sorte des normes et des usages s’ils voulaient devenir des légendes vivantes, chacune et chacun faisait le maximum pour faire parler d’eux, dans le but de se ménager une petite place au panthéon des chanteurs d’opéra. Ainsi, bon nombre d’opéras ont été produits en tenant largement, voire même exclusivement compte des caprices des divas, des divo aussi - et des livres de recettes des imprésarios.

      Au King’s Théâtre of London par exemple, l’air « Voi che sapete » de « Le Nozze di Figaro », a alternativement été chanté, à différentes soirées,  soit par la Comtesse, soit par Susanne et occasionnellement même par Cherubino, personnage après tout pour lequel Mozart a composé cet air.

      C comme Caprice (de D comme Diva)

    • a posté un commentaire sur l'article Généreux Pourboire de Hamdibey

    • a posté un article :

      A comme Amour

      Je n’avais pas vraiment l’intention de rédiger de suite un nouveau billet, car finalement, je ne suis pas à la retraite pour me stresser d’avantage encore que pendant ma vie active. Mais réflexion faite, la fête de Saint-Valentin mérite bien un effort particulier et puis, pour une fois au moins, l’embarras du choix ne se pose pas puisque le thème est tout indiqué –

      l’Amour (avec un grand A)!

      A comme Amour

      "L’amour et Psyché" de François Gérald (1770-1837)

    • a posté un commentaire sur l'article AVEC LES YEUX (108) de Nikole

    • a posté un commentaire sur l'article saint Christophe... de Euphorbe-Ghislaine

    • a posté un article :

      N comme Noël

      N comme Noël

      Illustration kilmann

      Les puristes me pardonneront si avec ce billet, je passe du coq à l’âne, soit de D à N, mais les fêtes de Noël qui approchent à grand pas ne sont-ils pas une raison suffisante pour justifier ce pas de géant à l’intérieur de l’alphabet – car après tout - quel sujet pourrait être mieux approprié, en cette période d’Avent, que la musique consacrée à cette fête célébrant la Nativité, cette musique bien spécifique, qu’elle soit profane ou sacrée, qui tire ses origines de la conception des trois messes de fête ainsi que du Gloria des anges chez les bergers dans les champs, décrit dans l’évangile selon Saint Luc ?

      Dans toutes les cultures chrétiennes se sont constituées depuis le moyen Âge des collections de chants de Noël populaires qui, au début au moins, étaient en relation étroite avec l’église et souvent incorporés par celle-ci dans les offices mêmes.

    • a posté un commentaire sur l'article pour Jacques de jean marie14

    • a posté un commentaire sur l'article Le Tolier de Cuba de osebo-moaka

    • a posté un commentaire sur l'article NICOLAS ET JOHNNY de LEROI.....ARTHUR

    • a posté un article :

      D comme Décor

      D comme Décor

      En matière de décor, le mélomane qui fréquente régulièrement les salles d’opéra est coutumier depuis longtemps déjà du meilleur comme du pire, soit des nombreux et somptueux décors de certaines superproductions comme du décor unique et ringard des théâtres de province, des éléments de scène hétérogènes ou totalement décalés, de la sobriété comme de la grandiloquence, des reconstitutions fidèlement réussies comme des transpositions gratuites les plus farfelues. Mais surtout, il s’est habitué bon gré mal gré aux décors qui servent pleinement une œuvre – et à ceux qui la trahissent totalement.

    • a posté un article :

      C comme Chasse (2ème partie)

      Partie seconde : de Berlioz (Romantisme) à Reverdy (Musique contemporaine)

      Continuons alors à explorer la myriade d’œuvres évoquant la chasse, ainsi que les nombreux compositeurs et interprètes qui se sont adonnés avec passion à ce sport -

      dont certains avec plus ou moins de chance, et d’autres avec du gibier plutôt inhabituel dans la ligne de mire :

    • a posté un article :

      Avenant au billet "A comme Accident"

      Au fil de mes recherches, j’ai déniché plusieurs nouveaux sujets à rajouter au billet déjà publié « A comme Accident ».

      Les voici :

    • a posté un commentaire sur l'article Hors portée de kilmann

    • a posté un article :

      Hors portée
      En l’honneur du 200ème anniversaire du grand compositeur Giuseppe Verdi (10 octobre 1813 - 27 janvier 1901), je vous offre aujourd’hui la vidéo avec son « Va, pensiero, sull’ali dorati »...

    • a posté un article :

      C comme Chasse (1ère partie)

       

       

      Partie première : De Janequin (Renaissance) à Berlioz (Romantisme)

      Si au début de la période ou commencent nos connaissances « historiques », la traque et l’abattage d’animaux étaient indispensable à la survie et à la prospérité de l’homme, l’apparition de la sédentarité et de l’élevage ont progressivement réduit l’importance de la chasse et celle-ci est devenue par la suite un loisir, une passion, voire même un style de vie.

      Or, un grand nombre d’œuvres musicales de toutes les périodes – que ce soient des ouvertures, cantates, symphonies, opéras ou ballets - a été inspiré par des sons et des images de la chasse. Aussi, il est très probable que des compositeurs tels que Bach, Mozart, Haydn, Bizet et Strauss aient eu soit l’occasion de participer à des traques d’animaux, ou tout au moins de goûter à l’ambiance qui régnait autour d’un pavillon de chasse. Car ils composaient et jouaient pour les grands seigneurs de leur époque, dont la plupart possédaient un pavillon destiné aux joies de ce divertissement!

       

      C comme Chasse

       

    • a posté un commentaire sur l'article AVEC LE TEMPS (25) de Nikole

    • a posté un commentaire sur l'article A comme Assassinat de kilmann

    Plus...

    Blogs de kilmann

    Suit 0 membres

    kilmann ne suit pas de membre

    Suivi par 1 membres