Partagez vos passions
Rejoignez la communauté

  • cafe repaire


    • a posté un article :

      "Sur le pressoir"

      C'est l'immense poète Gaston Couté  qui est l'auteur de ce texte.

      Mis en musique par le groupe "La tordue"

      "Sous les étoiles de septembre
      Notre cour à l'air d'une chambre
      Et le pressoir d'un lit ancien;
      Grisé par des vendanges
      Je suis pris d'un désir étrange
      Né du souvenir des païens.

       

    • a posté un article :

      La marche nuptiale (Brassens)

      Barbara chante Brassens

      "Mariage d'amour, mariage d'argent
      J'ai vu se marier toutes sortes de gens
      Des gens de basse source et des grands de la terre
      Des prétendus coiffeurs, des soi-disant notaires..."

       

    • a posté un article :

      Un jour tu verras...

      "Un jour tu verras
      On se rencontrera
      Quelque part, n´importe où
      Guidés par le hasard..

       

    • a posté un article :

      "Comment on a tué les ouvriers"
      "Ouvrier" « C'est pas comme ça qu'on fait une vie »   Frédérique Pressmann 35 heures, retraites, conditions de travail, vie culturelle : le coup de gueule d'un prolo survivant. Christian Corouge est ...

    • a posté un article :

      "À quelle classe appartenez-vous ?"

      Les ouvriers, les oubliés !

      Émission du lundi 27 janvier 2014

      Émission du lundi 27 janvier 2014

      La Conjuration des inégaux

       

      "À quelle classe appartenez-vous ?"

      À quelle classe appartenez-vous ? Bourgeois, petit-bourgeois, aristo, prolétaire ? Bien peu se reconnaissent dans ce classement. La majorité des Français affirment appartenir à la "classe moyenne". Classe moyenne plus, classe moyenne moins, mais classe moyenne, tous dans ce ventre vague et mou. Pourtant nous reconnaissons les inégalités, une minorité qui a tout et ne fait pas grand chose, une majorité qui se partage les restes et qui fait tout le boulot. Des dominants et des dominés. Autrement dit la lutte des classes, sauf que, comme le dit l'archimilliardaire américain Warren Buffet, cette lutte de classes ce sont les riches qui la gagnent. Voilà le point de départ du livre que publie Olivier Besancenot, LA CONJURATION DES INÉGAUX, lutte de classe au XXIème siècle et identité sociale, paru aux Editions du Cherche-Midi.

      Un entretien de Daniel Mermet.

       

    • a posté un article :

      GUERRE DE CLASSE

       INFOKIOSQUES

      "Work - Community - Politics - War a été publié en 2005 sur le site américain prole.info. Déjà traduit dans une dizaine de langues, nous avons voulu diffuser ce manifeste « pour une guerre de classe » en version française."

      GUERRE DE CLASSE
      travail • communauté • politique • guerre

      « On demande à tous leur avis sur tous les détails pour mieux leur interdire d’en avoir un sur la totalité »  Raoul Vaneigem.

      "Partout autour de nous, si on regarde bien, le monde échappe à notre contrôle. Pour survivre, on se confronte chaque jour à un vaste environnement changeant en permanence."

       

      " Nous n’avons ni propriété ni business pour faire de l’argent, du coup on est bien obligés de vendre notre temps et notre énergie à quelqu’un d’autre. Nous sommes la classe ouvrière d’aujourd’hui : les proles."

      TRAVAIL
      « Le capital est le travail mort qui, comme un vampire, ne vit qu’en pompant du travail vivant, et plus il vit, plus il en pompe. » K. Marx.

      Brochure en PDF : télécharger « wcpw_brochure.pdf »

      Texte brut : télécharger « wcpw_fr_text.rtf »

    • a posté un article :

      Les ouvriers, les oubliés !
      Émission du mardi 28 février 2012 "Mais où sont passés les ouvriers ? Dans la bouche de Marine Le Pen ? Dans les discours de Mélenchon ? Dans les cauchemars de Sarkozy ? La classe ouvrière a dispar...

    • a posté un article :

      Lutter ... ici et maintenant !

      L'autonomie des luttes sociales

      Une histoire des luttes des années 1960 à 2013.

      "Quel est le dénominateur commun entre les occupations de logements vides, les mouvements de chômeurs et de précaires, les débordements des mouvements étudiants et la mobilisation contre un projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes ? Toutes ces actions, aussi différentes soient-elles, se confondent avec des modes de vie et s’inscrivent dans l’autonomie des luttes : s’organiser sans leader ni parti, en considérant que les pratiques illégales constituent une expression politique à part entière. Dans l’histoire moderne, ce principe existe et s’exprime concrètement depuis la fin des années 60 au sein d’une constellation informelle et hétérogène, minoritaire et souterraine, qu’on appelle parfois la mouvance autonome."

    • a posté un article :

      LIP, l’imagination au pouvoir

      LIP, l’imagination au pouvoir

      Un film de Christian Rouaud en salle le 21 mars 2007

      LIP, l’imagination au pouvoir

      par Serge Halimi, mardi 20 mars 2007

      Au départ, en avril 1973, quand Lip annonce aux quelque 1 300 salariés que des licenciements vont intervenir dans l’entreprise d’horlogerie, le syndicaliste ouvrier Charles Piaget se montre hostile à la grève. Il préfère que ses camarades freinent le rythme des machines et celui des mains ; mais « ils avaient tellement les cadences dans la peau que c’était pas possible de ralentir ». Ils arrêtèrent de travailler dix minutes par heure. Ainsi commença la longue aventure des « Lip » qui, comme souvent dans l’histoire des mouvements ouvriers, partit de revendications très « raisonnables » (ne pas perdre son travail à une époque où le chômage reste modeste) et, chemin faisant, découvre que (presque) tout est possible. En mai 68, les étudiants des Beaux-Arts n’ont-ils pas imprimé des affiches où on lit : « Ton patron a besoin de toi, tu n’as pas besoin de lui » ? Justement, mai 1968, c’est hier en avril 1973. Lip, ce sera un peu cette histoire qui recommence, mais sur son versant ouvrier et autogestionnaire.

    • a posté un article :

      Une expérience d'autogestion à l’usine Maflow (Milan)

      L’accaparement de terres

      Dans leur usine occupée, des ouvriers aspirent à bâtir une « citadelle de l’autre économie »

      par Erwan Manac’h, Marie Chambrial 5 mai 2014

      Dans la banlieue industrielle de Milan, des ouvriers tentent de relancer une activité dans leur ancienne usine de pièces automobiles. Ateliers et chaînes de production accueillent désormais un centre de recyclage, une vente de produits locaux équitables, un studio de musique ou une fabrique de liqueur de citron. Le tout en autogestion. Un pari qui commence à payer, mais qui montre les difficultés de construire un projet coopératif parti de rien, et sans aucun soutien institutionnel. Reportage au sein de « Ri-maflow ».

    • a posté un article :

      Les ouvriers, ces travailleurs invisibles des temps modernes

      Les ouvriers, ces travailleurs invisibles des temps modernes

      Alexandra Chaignon
      Lundi, 24 Février, 2014


      Existe-t-il encore une classe ouvrière ? Oui et non. On dénombre encore 6 millions d’ouvriers mais ils sont quasi invisibles. À l’occasion du festival Filmer le travail, organisé à Poitiers mi-février, la question de la «représentation» des ouvriers a été mise en débat. Éclairage.

      Dans la préface de leur ouvrage, Retour sur la condition ouvrière, Michel Pialoux et Stéphane Beaud rapportaient après avoir interrogé des étudiants en sociologie que ceux-ci estimaient le nombre d’ouvriers en France à 10 % de leur effectif réel. Une estimation largement erronée : leur nombre est encore d’environ 6 millions. Soit un actif sur quatre. Qui plus est, les traits « caractéristiques » de la condition ouvrière perdurent : précarité de l’emploi et de l’existence, travail pénible, faible perspective de promotion, atteintes à la santé, espérance de vie réduite… Pourtant, cette catégorie semble devenue invisible sur les scènes médiatique, politique et culturelle. Pour preuve, elle n’occupe que 2 % seulement de l’espace médiatique, selon l’Observatoire des inégalités.

    • a posté un article :

      Le mépris du parti socialiste à l'égard du monde ouvrier

      Aux grandes femmes, la patrie reconnaissante ?

      PS et ouvriers : «On est passé de l'abandon au mépris»

      Dominique ALBERTINI 11 janvier 2013


      François Hollande en visite à l'usine Alstom du Creusot, le 7 décembre 2011, pendant la campagne.François Hollande en visite à l'usine Alstom du Creusot, le 7 décembre 2011, pendant la campagne. (Jeff Pachoud. AFP)INTERVIEW

      Bertrand RotheLa plume est cinglante comme après un amour déçu. «De l'abandon au mépris : comment le PS a tourné le dos à la classe ouvrière», ainsi s'intitule le livre publié jeudi par Bertrand Rothé, professeur d'économie à l'université de Cergy-Pontoise (photo DR). Dans cet ouvrage historico-économique, l'auteur revient sur les «trahisons» du parti à la rose vis-à-vis de ceux auxquels il avait tant promis en 1981, lors de sa première accession au pouvoir sous la Ve République. 

       «Le socialisme est une doctrine morte» Par Dominique Albertini

      Du «tournant de la rigueur», en 1983, à la politique d'austérité actuelle, en passant par les privatisations de Lionel Jospin et la politique de l'euro fort, ce sont trente ans d'histoire politique et sociale de la France qui sont relus à la lumière de cet «abandon». Interview.

      Comment se manifeste cette rupture que vous dénoncez ?

    • a posté un article :

      Autonomie ouvrière ou confusion régionaliste ?

      Retour sur la manifestation des "bonnets rouges" à Quimper

      Jeudi 5 décembre 2013
      Ce qui est intéressant avec le Comité pour le maintien de l’emploi en Centre-Bretagne c’est que cela aurait pu être une tentative de dépassement du carcan syndical par la base, une auto-organisation ouvrière qui aurait pu aboutir à une autonomie de classe loin des débilités nationalistes séparatistes des uns ou du jacobinisme outrancier des autres. Mais en ne démarquant pas une ligne de séparation nette entre les intérêts ouvriers et les intérêts des capitalistes, les ouvriers bretons ont marqué par la même les limites d’un contenu social et donc géographique. La faute à qui ? A ces ouvriers mêmes ? On oublie de signaler que parmi ceux-ci il y a tout un panel de positions : des positions classistes oui, jusqu’à ceux qui jouent clairement les larbins de leur patron. La faute à qui alors ? Le mouvement breton trouve ses limites … dans son isolement géographique même : c’est l’ensemble du prolétariat hexagonal et plus qui aurait du faire irruption dans la lutte pour lui donner une dimension classiste réelle. Tandis qu’ailleurs les ouvriers attaquent les bureaux du Medef, assiègent les réunions d’actionnaires, la manifestation de Quimper établissait l’alliance entre les exploiteurs et les exploités.

    • a posté un article :

      "Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary"

      Avant de mourir, à 41 ans, Guy Hocquenghem a tiré un coup de pistolet dans la messe des reniements. Il fut un des premiers à nous signifier que, derrière la reptation des « repentis » socialistes et gauchistes vers le sommet de la pyramide, il n’y avait pas méprise mais accomplissement, qu’un exercice prolongé du pouvoir les avait révélés davantage qu’il les avait trahis. On sait désormais de quel prix – chômage, restructurations, argent fou, dithyrambe des patrons – fut payé un parcours que Serge July résuma en trois mots :

      « Tout m’a profité. »

      Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary

      SYNOPSIS :

      Cet ouvrage qui a plus de vingt-cinq ans ne porte guère de ride. L'auteur nous parle déjà de Finkielkraut, de BHL, de Cohn-Bendit, de Bruckner. Et déjà, il nous en dit l'essentiel. Renonçant aux apparences de la bienséance, de la suavité bourgeoise propres, Guy Hocquenghem a usé de la truculence, de la démesure. Son livre éclaire le volet intellectuel de l'ère des restaurations. Les forces sociales qui la pilotaient tiennent encore fermement la barre ; les résistances, bien qu'ascendantes, demeurent éparses et confuses. Nous ne sommes donc pas au bout de nos peines. Les repentis ont pris de l'âge et la société a vieilli avec eux. L'hédonisme a cédé la place à la peur, le culte de l'« entreprise » à celui de la police. Favorisés par l'appât du gain et par l'exhibitionnisme médiatique, de nouveaux retournements vont survenir. Lire Guy Hocquenghem nous arme pour y répondre avec ceux qui savent désormais où ils mènent.

    • a posté un article :

      Enragés et situationnistes dans le mouvement des occupations [extrait]

      Enragés et situationnistes dans le mouvement des occupations [extrait]

      Voici un chapitre tiré du très bon livre sur mai 68, intitulé : « Enragés et situationnistes dans le mouvement des occupations » collectif signé par l'un des auteurs, René Viénet. Éditeur : Gallimard (texte mis en ligne sur le site "le Jura Libertaire") . On y voit le rôle des syndicats dans les grèves. C’est un livre à lire et à méditer par toutes celles et ceux qui luttent contre le capitalisme.

      Enragés et situationnistes dans le mouvement des occupations [extrait]

      LA GRÈVE GÉNÉRALE SAUVAGE

      "En France, il suffit qu’on soit quelque chose pour vouloir être tout."

      Marx
      Contribution à la critique
      de la philosophie du droit de Hegel

       

       

       

      Pendant la journée du 17 mai, la grève s’étendit à presque toute l’industrie métallurgique et chimique. Après ceux de Renault, les ouvriers de Berliet, Rhodiaceta, Rhône-Poulenc et S.N.E.C.M.A. décidèrent d’occuper les usines. Plusieurs gares étaient aux mains des cheminots, et peu de trains restaient encore en circulation. Les postiers occupaient déjà les centres de tri. Le 18, la grève gagna Air-France et la R.A.T.P. Partie de quelques occupations exemplaires en province, la grève s’était étendue à la région parisienne, pour toucher l’ensemble du pays. Dès ce moment, même les syndicats ne pouvaient plus douter que cette réaction en chaîne de grèves sauvages aboutirait à la grève générale.

    • a posté un article :

      Chronologie syndicale des luttes ouvrières en France : 1968 - 2010

      Les syndicats, briseurs de grève ? Une petite chronologie….

      L’ampleur d’un mouvement n’empêche pas la trahison syndicale : l'exemple de mai 68...

      1968 : la mobilisation trahie

      En mai 1968, tout en organisant de fait la grève générale afin d’empêcher de se laisser déborder par le mouvement spontané, la CGT a dans le même temps démobilisé en s’opposant à l’occupation massive et effective des usines comme en juin 1936. Du coup, il ne lui a pas été trop difficile de faire reprendre le travail malgré la minceur des concessions patronales et gouvernementales, malgré aussi l’échec politique puisque le ras-le-bol du régime gaulliste qui était pour une bonne part dans le déclenchement de la révolte n’eut aucun débouché immédiat. Qui a donné un coup d’arrêt à la grève générale ouvrière de mai-juin 1968 ? Les syndicats et, en premier, la CGT.

    • a posté un article :

      Femmes en 1968 : premières luttes ouvrières pour l'égalité salariale

      Les femmes dans le monde du travail : inégalités salariales

      Christiane Passevant

      We Want Sex Equality

      Film de Nigel Cole
      jeudi 31 mars 2011 par CP

      We Want Sex Equality. La lutte des femmes pour l’égalité professionnelle.

      En Grande-Bretagne, la loi sur l’égalité professionnelle est votée en 1970 et en France, il faut attendre 1973.

      Aujourd’hui, les femmes représentent la moitié des salarié-es, gagnent en moyenne 28 % de moins que les hommes et sont 82 % à travailler à temps partiel. L’égalité professionnelle… La lutte continue !

    • a posté un article :

      "Ne plus retourner dans cette taule !"

      « C’est un film terrifiant, qui fait mal ... un film vraiment révolutionnaire. » (Jacques Rivette - Les cahiers du cinéma)

      « Un tour de force » (Edgar Roskis - Le Monde diplomatique)

      Lorsque l'équipe de jeunes cinéastes, encore étudiants à l'IDHEC (l'école du cinéma) se présente dans la matinée le 9 juin 1968 à l'entrée de l'usine Wonder pour filmer son occupation depuis trois semaines par les ouvriers, ceux-ci viennent de voter la reprise du travail.

    • a posté un article :

      La simplicité d'une alimentation végétarienne

      La simplicité de l'alimentation végétarienne

      Conseils d'une diététicienne...

      ...pour une alimentation végétarienne bien menée

      Cette fiche reprend des conseils rédigés par Laetitia Tapping, diététicienne diplômée d’état. Elle s’adresse à des adultes.

      Assurer une bonne alimentation végétarienne n’est pas compliqué. Comme un végétarisme bien équilibré est reconnu bénéfique pour la santé, il serait vraiment dommage de ne pas en tirer tous les avantages en n’appliquant pas quelques bonnes règles. La santé est trop précieuse pour être laissée à l’intuition. Ces conseils vous sont donnés pour que vous retiriez le maximum de bénéfices de votre alimentation végétarienne. Source : http://vegenutrition.free.fr/.

      En général :

      • Faire 3 repas par jour, plus une collation si vous en ressentez le besoin.
      • Boire 1,5L d'eau de boisson (eau, thé, tisane, jus de fruit frais).
      • Avoir une activité physique régulière (exemple : 1 heure de marche 3 fois par semaine).
      • Manger lentement, dans le calme, en prenant soin de bien mastiquer les aliments.
      • Varier le plus possible les aliments consommés pour chaque catégorie de végétaux. Consommer des fruits et légumes frais de saison.

      Pyramide d'une alimentation équilibrée selon l'AVF

    • a posté un article :

      Marées vertes et fleuve de lisier

      Marées vertes et fleuve de lisier

      Marées vertes et fleuve de lisier
       
      Campagne 2011 - Algues Vertes.

       La Bretagne concentre sur 4 départements la moitié des porcs et de la volaille française. La Bretagne est également la première région française en élevage bovin laitier. Au total, la quantité d'effluents produite chaque année (lisier, fientes et fumier), dans ces 4 départements est équivalente à la pollution émise par 50 millions d'habitants. 

    • a posté un article :

      Arrêtons de bétonner les terres nourricières

      Arrêtons de bétonner les terres nourricières

      Filière Paysanne

      mardi 8 avril 2014

      Alors que l’urbanisation incontrôlée de notre territoire fait disparaître 78 000 hectares de surface agricole chaque année, le nouveau gouvernement doit stopper ce processus de destruction irréparable.


      Adressée à : M. le Premier ministre et M. le ministre de l’Agriculture

    • a posté un article :

      Prends cinq minutes, et signe, copain.

      lundi 18 novembre 2013

      Prends cinq minutes, et signe, copain.

       

    • a posté un article :

      "La fin du poisson à foison": Adieu thon, bar,saumon...

      Publié le 07 janvier 2014

      Adieu thon, bar, saumon Sipa Adieu thon, bar, saumon Sipa
       
      Nos océans se vident-ils de leurs poissons ? Oui, selon les écologistes. non, d'après les industriels de la pêche. Pourtant, la consommation de fruits de la mer a presque doublé depuis les années 1960. Chaque Français en mange 40 kilos par an, contre 15 pour les Allemands. Au total, ce sont 80 millions de tonnes de poissons qui sont prélevées par an. Les chalutiers se sont transformés en véritables usines équipées de sonars et de GPS pour repérer les bancs jusqu'à 1 500 mètres de profondeur, ravinant les fonds, pillant la faune et détruisant la fore où se développe le plancton. En Méditerranée, les limites de la surpêche ont déjà été franchies. Toute une partie de l'écosystème planétaire serait en danger.
       

    • a posté un article :

      AVEZ-VOUS MANGÉ L'AMAZONIE AUJOURD'HUI ?

      19 décembre 2011 

      Par João Meirelles Filho*, janvier 2006

      L'Amazonie aujourdhui

       Je n’accepte pas qu’en mon nom le gouvernement fédéral brésilien concède l’autorisation de la déforestation de l’Amazonie, et vous, l’acceptez-vous ? Je n’autorise pas que l’argent public, de banques officielles, soit employé pour l’élevage bovin en Amazonie, et vous, l’autorisez-vous ?

    • a posté un article :

      L'Homme: "La seule espèce dont les mâles tuent les femelles"

      L'Homme: "La seule espèce dont les mâles tuent les femelles"

       

       

       

       Publié le 24-01-2012

      L'anthropologue Françoise Héritier livre sa réponse à la question "Qu’est-ce que l’Homme",  posée par Sciences et Avenir à 100 personnalités scientifiques pour son hors-série de janvier-février 2012.

       

      Françoise Héritier est anthropologue, professeure émérite au Collège de France. elle travaille notamment sur la parenté, les systèmes d'alliances et la question du genre. elle est l'auteure de Masculin/Féminin: dissoudre la hiérarchie. (Photo Xavier Romeder pour Sciences et Avenir)

       

      Que dit-on de l’Homme ? On répond spontanément à cette question qu’il est à la fois un animal comme les autres et unique en son genre. Le seul à se tenir debout, capacité considérée par la philosophie comme le point d’ancrage de la conscience. Le seul à avoir développé des mains préhensiles, un grand cerveau, un gosier apte au langage.

       

    • a posté un article :

      Où en est-on de la contraception masculine ?

      Le slip thermique contraceptif pour homme © Julie Pietri - 2014

    • a posté un article :

      Le point de vue d'un maire

       

      Le point de vue d'un maire

       
      Sur l’intercommunalité de la Vallée de la Roya
      et la démocratie locale dans les Alpes Maritimes
       
       
       par Paul SILICI, maire de Saorge

       

      Île entre montagne et Italie, la Vallée de la Roya a rêvé, non pas d’indépendance, mais d’une gestion proche et adaptée à sa situation géographique particulière : Pour rejoindre les villes du littoral français, il faut soit passer par un pays étranger (l’Italie) par une route assez souvent coupée par des éboulements, soit emprunter une route de montagne (un col à 1000m, un autre à 800m) enneigée l’hiver, et un temps de parcours majoré de 50%. Deux syndicats intercommunaux efficaces ont fait fonctionner une intercommunalité de fait qui a encouragé, dans un premier temps, tous les maires de la Vallée à se rassembler pour créer une Communauté de Commune de la Roya.

    • a posté un article :

      Un maire rural en colère

       
      Tribune 23/05/2013 à 17h43

      Un maire rural en colère : « Entendez-vous, dans les campagnes... »

      Henri de Latour | Maire de Lasalle en Cévennes
      Tribune

      Il peut paraître déplacé, de la part d’un maire rural, d’appeler à la mobilisation en citant l’hymne national.

      Et pourtant, ce titre aux accents guerriers renvoie à une vraie urgence : oui, la démocratie est en danger, et la menace est d’autant plus redoutable qu’elle prend la forme d’une démarche si feutrée, si policée, que la plupart des médias la passent sous silence.

      Nous voilà donc dans la nécessité de faire un peu de bruit, de battre tambour, à la manière des anciens gardes champêtres, dont la voix familière répercutait les « avis à la population ».

      Pour l’heure, il s’agit d’un avis de tempête, et il serait temps que les populations s’en émeuvent.


      « Entendez-vous, dans les campagnes »... (capture d’écran)

    Plus...

    Blogs de cafe repaire

    Blogs favoris

    cafe repaire n'a pas encore de blogs favoris

    Suit 0 membres

    cafe repaire ne suit pas de membre

    Suivi par 0 membres

    cafe repaire n'est suivi par aucun membre